620 000 emplois franciliens dépendent d’un groupe étranger

Céline CALVIER, Joseph CHEVROT, Lynda PICHARD (Insee Ile-de-France), Thierry PETIT (IAU Ile-de-France)
197
novembre 2017
L’Île-de-France est la première région française d’implantation des groupes étrangers, avec un emploi salarié marchand sur six. Ces groupes se concentrent majoritairement dans les Hauts-de-Seine et à Paris. Les principaux établissements employeurs étrangers de la région sont américains, allemands et britanniques. Le commerce, l’information et la communication sont les secteurs les plus investis par les groupes étrangers.

En Île-de-France, en 2013, ces établissements sont au nombre de 15 100 dans le secteur marchand et emploient 617 200 salariés, soit un emploi salarié francilien sur six.

L’Île-de-France, destination privilégiée des investisseurs étrangers en France

L’Île-de-France est la première région française par le nombre d’emplois salariés dépendant d’un groupe étranger, loin devant Auvergne-Rhône-Alpes et Grand Est. Elle regroupe en effet un tiers des emplois contrôlés par l’étranger à l’échelle de la France métropolitaine.

La région francilienne se distingue par une palette de nationalités plus large qu’ailleurs : 90 nationalités sont représentées parmi les groupes étrangers implantés en Île-de-France, contre 80 pour l’ensemble des régions de province.

Malgré cette large diversité, dix nationalités totalisent à elles seules 87 % des effectifs dépendant d'un groupe étranger.

Les Etats-Unis, l’Allemagne et le Royaume-Uni, principaux pays investisseurs

Les Etats-Unis sont de loin le premier employeur étranger dans la région capitale avec 165 600 salariés. Les Etats-Unis, l’Allemagne et le Royaume-Uni représentent plus de la moitié des salariés dépendant d'un groupe étranger dans la région. Néanmoins, le poids de ces trois pays est en léger repli entre 2010 et 2013 au profit de certains pays européens comme le Luxembourg et la Belgique, mais aussi du Canada et du Japon.

Malgré une forte présence des groupes américains, l'Union européenne représente la majorité des emplois salariés dépendant d’investisseurs étrangers en Île-de-France.

Même si leur poids a doublé entre 2010 et 2013, les emplois contrôlés majoritairement par des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) restent encore limités en Île-de-France : 10 400 emplois en 2013, soit seulement 1,7 % des emplois salariés dépendant de l’étranger.

Forte présence étrangère dans le commerce et les secteurs à haute valeur ajoutée

La présence des groupes étrangers  en Île-de-France est plus ou moins importante selon les secteurs d’activité. Les groupes étrangers sont particulièrement présents dans le commerce : un tiers des emplois salariés dépendant de groupes étrangers en Île-de-France relève de ce secteur.

L’industrie est le deuxième secteur francilien le plus privilégié par les groupes étrangers, avec près de 82 000 emplois salariés.

Les activités spécialisées scientifiques et techniques (dont les activités de conseil aux entreprises et les sièges sociaux), particulièrement présentes en Île-de-France, arrivent en troisième position avec 75 000 emplois contrôlés par l’étranger.

Les Hauts-de-Seine et Paris concentrent plus de la moitié des emplois contrôlés par l’étranger

L’implantation des groupes étrangers est concentrée au cœur de l’agglomération. En effet, plus de la moitié des effectifs des groupes étrangers présents en Île-de-France sont localisés dans les Hauts-de-Seine et à Paris.

En grande couronne, la Seine-et-Marne se distingue avec un emploi sur cinq dépendant de l’étranger. Cette forte dépendance est très largement liée à la présence de Disneyland Paris, qui regroupe un quart des effectifs salariés dépendant d’un groupe étranger dans ce département.

Une présence étrangère localement très marquée

À un niveau géographique plus fin, les trois quarts de l’emploi issu de groupes étrangers se concentrent dans 11 des 65 intercommunalités franciliennes.

La présence des groupes étrangers est plus marquée à l’ouest et au nord de Paris, ainsi qu’autour de Marne-la-Vallée, tant en effectifs qu’en proportion.
 
En partenariat avec