Une plateforme digitale pour lutter contre le gaspillage alimentaire - Interview de Thibault Merendon, co-fondateur de Fresh Me Up

Fresh Me Up vise à réduire le gâchis alimentaire en permettant aux commerçants d’écouler leurs surstocks, aux restaurateurs d’acheter moins cher des produits de qualité et aux associations de récolter de la nourriture gratuitement et de la redistribuer. Rencontre avec Thibault Merendon, le co-fondateur de cette entreprise.

Comment est né ce projet de plateforme ?
Lorsque j’étais à la tête de Mozza&Co, j’ai réalisé qu’il était particulièrement complexe, en cas de pic d’activité, de s’approvisionner au dernier moment en produits frais chez les commerçants. Lorsque l’on travaille principalement en plein air, deux rayons de soleil ou deux gouttes de pluie peuvent changer la donne en termes de fréquentation. Et il devient vite compliqué de gérer des stocks.

Quand nous étions à court de marchandises, j’envoyais des salariés s’en procurer aux alentours. Puis petit à petit, on a commencé à créer des partenariats avec des distributeurs qui avaient des surstocks en produits frais, ce qui nous permettaient d’acheter par exemple des salades ou des pâtisseries à prix cassé.  Je me suis rendu compte que ces surstocks dans la distribution étaient de véritables mines et que se servir dedans permettrait aussi de réduire le gaspillage alimentaire.

L’idée a mûri et a débouché sur la création, en 2016, de Fresh Me Up, une plateforme qui permet aujourd’hui de proposer l’ensemble de ces produits frais à déstocker, en vente privée pour les professionnels.

Comment s’opère le rapprochement entre  vendeurs et restaurateurs ?
En s’inscrivant via notre plateforme,  les fournisseurs (grossistes, commerçants de quartier et petits producteurs locaux) sourcent pour nos acheteurs (hôteliers, restaurateurs, Ehpad, collectivités…) leurs surstocks, queues de lots et autres bons plans afin de les proposer sur notre plateforme à des prix cassés (30 à 75 % sur les prix catalogues Rungis).

Les acheteurs ou restaurateurs, de leur côté, vont pouvoir retrouver en un clic les produits qu’ils recherchent, les réserver ou être alertés si certains produits de leurs cartes sont disponibles au prix qu’ils s’étaient fixés. Ils peuvent ensuite acheter directement en ligne et se faire livrer, où et quand ils le souhaitent.

Et si les produits ne trouvent pas acquéreur ?
Nous sommes, depuis l’origine, membre du Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire qui vise à réduire le gaspillage de moitié à horizon 2025. Fresh Me Up permet ainsi aux fournisseurs de donner aux associations lorsqu’il reste des denrées invendues en ligne. La plateforme digitalise et enregistre automatiquement les Cerfa-11580*03 pour qu’ils n’aient plus qu’à les transférer au comptable en fin d’exercice.

Vous êtes  en contact étroit avec la CCI Paris Île-de-France. De quelle manière ?
Dès la création de Fresh Me Up, nous avons tout de suite cherché à intégrer différents réseaux. En tant qu’ancien professionnel de la restauration, je savais que la CCI était la mieux placée pour nous mettre en relation avec les restaurateurs puisque pour ouvrir un établissement, il faut nécessairement passer par la Chambre de commerce. Nous avons adhéré, dès ses débuts, au Club AgroAlia qui nous donne accès aux conseils et aux réseaux de la CCI Paris Île-de-France.

Une petite startup comme la nôtre, qui cherche à lever des fonds, n’a pas toujours beaucoup de moyens pour se mettre en avant. Grâce à l’invitation de la CCI Paris, avec laquelle nous travaillons régulièrement, nous avons pu nous faire connaitre lors de certains évènements comme « Goût de France » ou « le Prix de la solution digitale » dont nous avons été le lauréat départemental en 2018, rencontrer des investisseurs lors des  It Tuesday ou, plus récemment, à l’occasion du salon VivaTech 2019.  

Quels sont vos ambitions à venir ?
Nous souhaitons dans un premier temps consolider le développement de notre plateforme en Île-de-France en nous faisant davantage connaître des restaurateurs et en ouvrant cet outil à de nouveaux acteurs franciliens du secteur alimentaire. A terme, l’objectif est de déployer Fresh Me Up sur d’autres territoires comme dans la région lyonnaise où nous avons déjà noué quelques contacts.

En savoir plus sur...

Le 24/09/2019