Le 01/01/2018

Mobilité des apprentis : rapport IGAS

Par courrier, en date du 20 janvier 2017, la Ministre du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle et du dialogue social a saisi l’IGAS d’une mission d’évaluation de la mobilité des apprentis, dans l’objectif d’un développement volontariste de la mobilité européennes des apprentis.

Actuellement, peu d’apprentis bénéficient de mobilité européenne. Le rapport relève qu’en 2016, sur 400 000 apprentis dans le secteur privé, un peu moins de 4 000 jeunes en situation d’alternance.

Après plusieurs auditions, la mission a rendu ses conclusions en novembre dernier. Elle a émis un certain nombre de propositions qui pourront notamment alimenter les discussions en cours dans le cadre de la concertation apprentissage et de la négociation sur la formation professionnelle :

  • aligner les règles de fonctionnement administratif d’Erasmus « enseignement et formation professionnels » sur celles d’Erasmus « étudiants », dans un souci de simplification des procédures (forfait mobilité unique, pièces justificatives restreintes) ;
  • soumettre aux partenaires sociaux la possibilité d’un abondement national (FPSPP) pour permettre à plus d’apprentis de bénéficier d’un séjour de mobilité ;
  • soutenir la création d’un « Erasmus pro » auprès de la commission européenne (mobilité longue des apprentis) ;
  • réfléchir au cours des discussions à venir sur l’apprentissage à la suspension du contrat d’apprentissage, dans le cadre des mobilités longues ;
  • inscrire la mobilité longue des apprentis, post diplôme, dans les discussions en cours sur l’apprentissage ;
  • développer un mécanisme de « bourses à l’international » coordonné par les régions ;
  • aider à la généralisation du déploiement d’initiatives locales pour le développement de mobilités franco-allemandes ;
  • mettre en place, dans chaque région, des chargés de mission dédiés au développement de la mobilité européenne des apprentis ;
  • identifier, dans chaque CFA, un référent mobilité ;
  • mettre en place des outils de suivi et de valorisation de la mobilité : certification des compétences acquises, processus de « labellisation » ;
  • établir un diagnostic territorial des acteurs, de leur dispositif et des moyens engagés pour la mobilité européenne des apprentis pour notamment faciliter le conventionnement régional ;

Lire le rapport IGAS