La Lombardie, un des challengers de Paris Ile-de-France en Europe

212
juin 2019
Une publication
du Crocis

Comme Paris, Milan compte parmi les villes susceptibles d’attirer les entreprises qui quitteront la City de Londres une fois le Brexit effectif. De même, si Milan est un des centres européens majeurs de la finance, la capitale lombarde a également en commun avec Paris d’être une destination mondiale du luxe et de la mode mais aussi de compter parmi les leaders continentaux du tourisme d’affaires.

 

Du fait de son poids économique, Paris Ile-de-France est avant tout comparable aux autres « global cities » : Londres en Europe mais aussi New York, Tokyo ou encore Shanghai ailleurs dans le monde. Toutefois, d’autres villes européennes se montrent dynamiques ces dernières années ; c’est le cas notamment de Milan. Comme Paris, Milan compte parmi les villes susceptibles d’attirer les entreprises qui quitteront la City de Londres une fois le Brexit effectif. De même, si Milan est un des centres européens majeurs de la finance, la capitale lombarde a également en commun avec Paris d’être une destination mondiale du luxe et de la mode mais aussi de compter parmi les leaders continentaux du tourisme d’affaires. Quelles sont alors les caractéristiques et les dynamiques économiques de Paris et de la région Ile-de-France, d’une part, et de Milan et de la Lombardie, d’autre part ?

Même si Rome est la capitale politique italienne, le titre de capitale économique transalpine revient à Milan. Néanmoins, la Lombardie est encore très éloignée des métropoles mondiales que sont l’Ile-de-France (les PIB francilien et londonien sont respectivement 1,9 et 1,5 fois plus élevés que le PIB lombard).

Une population vieillissante en Lombardie

En termes de population, la Lombardie compte aujourd’hui tout juste 10,0 millions d’habitants, ce qui en fait la région transalpine la plus peuplée ; la Lombardie reste toutefois moins peuplée que l’Ile-de-France (12,2 millions d’habitants en 2018). La population lombarde est par ailleurs vieillissante (22,4 % de la population avait 65 ans ou plus en 2018).

Le taux de chômage lombard à 6,0 % en 2018

La Lombardie affiche l’un des taux de chômage les moins élevés des régions italiennes. Ainsi, en moyenne sur l’ensemble de 2018, le taux de chômage lombard s’est élevé à 6,0 % alors qu’il s’écrit toujours à deux chiffres sur l’ensemble de l’Italie (10,6 %). Le taux de chômage lombard est aussi structurellement moins élevé que le taux francilien.

Une part de l’industrie encore importante en Lombardie

Cette bonne santé du marché du travail est – au moins en partie - liée à la puissance industrielle de la Lombardie et à la part importante qu’elle représente dans la notoriété mondiale du « Made in Italy ». Le secteur industriel représente encore plus de 25,0 % de l’emploi en Lombardie (contre moins de 10,0 % en Ile-de-France).

La région de Milan également candidate aux relocalisations du secteur bancaire et financier dans le cadre du Brexit

Comme Paris, la métropole lombarde est un des centres majeurs européens de la finance et compte parmi les prétendantes pour attirer les emplois relocalisés de Londres vers l’Europe continentale et l’Irlande après le Brexit. Toutefois, à l’heure actuelle, seuls quelques opérateurs financiers ont choisi de relocaliser des effectifs à Milan et la ville lombarde est en retrait comparativement à Paris et Francfort.

La Lombardie encore très en retrait en termes d’attractivité

L’attractivité moindre de Milan comparativement à Paris se mesure notamment à travers le « Global cities investment monitor »de Paris Ile-de-France Capitale économique et de KPMG ; ainsi, en 2017, Paris a attiré 338 projets d’investissements contre seulement 49 à Milan.

Un nombre de nuitées hôtelières 2,3 fois moins important en Lombardie qu’en Ile-de-France

Sur le plan touristique, Milan est en retrait par rapport à Rome, à Venise ou encore à Florence et ne fait pas partie des principales destinations de tourisme en Italie. Le niveau de la fréquentation touristique reste également bien moins important en Lombardie qu’en Ile-de-France.

L’aéroport de Milan Malpensa accueille moins de passagers qu’Orly

Un autre indicateur met en évidence la fréquentation touristique inférieure en Lombardie : le trafic aéroportuaire. En effet, même si Milan dispose de deux aéroports, ils ne font pas partie des principaux aéroports européens.

Paris et Milan parmi les principaux acteurs du secteur des foires et salons

Si Milan et la Lombardie sont en retrait par rapport à Paris et à l’Ile-de-France en termes de tourisme de loisirs, la compétition est plus vive sur le marché du tourisme d’affaires et, notamment, sur le secteur des foires et salons.

Milan, hôte de l’Exposition Universelle de 2015 et des JO d’hiver de 2026

Au-delà des salons et des congrès, Paris et Milan sont plus globalement des villes d’accueil de grands évènements. En effet, si Paris accueillera les Jeux Olympiques d’été de 2024, Milan – associée à Cortina d’Ampezzo en Vénétie - a quant à elle tout récemment obtenu l’organisation des JO d’hiver de 2026. Milan a également été la ville-hôte de l’Exposition Universelle de 2015.