La chimie en Ile-de-France : des emplois à pourvoir, une pérennité assurée !

auteur  Julien TUILLIER
192
juin 2017
Le secteur de la chimie bénéficie d’une situation particulière, à contre-courant de l’évolution de l’industrie dans son ensemble qui connait, depuis plus de vingt ans, des baisses d’emplois salariés. Tant au niveau national que régional, la chimie est dynamique et innovante et se développe à la faveur des choix stratégiques des entreprises du secteur. Et surtout, elle cherche à recruter. Mais, comme bon nombre de secteur, la chimie n’est pas épargnée par les difficultés pour trouver les profils dont elle a besoin. Toutefois, des pistes existent, et les entreprises de la chimie ne ménagent pas leurs efforts pour contourner ces difficultés et ainsi assurer leur pérennité.

 

Le chiffre d’affaires de l’industrie chimique progresse

Entre 2010 et 2015, le chiffre d’affaires net de la quasi-totalité des entreprises de la chimie recensées est en progression de 18 % en Ile-de-France, dépassant les 57 milliards d’euros.

La chimie francilienne poursuit son essor

A l’échelle nationale, la chimie compte environ 14 000 établissements en 2016. Avec près de 4 200 établissements, l’Ile-de-France se positionne comme la première région française et représente 30% environ des établissements du territoire.

Les entreprises de la chimie : de nombreux recrutements

Plus de 90 % des chefs d’entreprise interrogés lors de l’enquête du CROCIS de la CCI Paris Ile-de-France déclarent avoir procédé à des recrutements au cours des deux dernières années, signe que le secteur se porte bien.

Un nombre important d’emplois salariés mais en diminution

Malgré les opérations de recrutement engagées par une grande majorité  d’entreprises de la chimie, l’emploi salarié francilien est en baisse de 3 % entre 2010 et 2015. Quelques départements parviennent à tirer leur épingle du jeu et se situent à contre-courant de la tendance générale.

Les entreprises s’organisent pour trouver les talents

Pour organiser et assurer leurs recrutements, les entreprises de la chimie francilienne font appel en priorité à des cabinets externes. L’interne est également utilisé, via la dépose d’annonces sur le site intranet de l’entreprise ou la promotion de ressources internes déjà salariées.

La chimie cherche de nouvelles recrues

Deux tiers des entreprises interrogées sont en train de recruter ou ont prévu de le faire dans les douze prochains mois. Ce chiffre place la chimie comme l’un des secteurs les plus dynamiques de l’industrie d’Ile-de-France.

Des difficultés de recrutement clairement identifiées...

Les entreprises de la chimie francilienne sont confrontées à des difficultés de recrutement. Elles peuvent être structurelles, conjoncturelles, mais aussi organisationnelles. Aujourd’hui, 64 % des entreprises interrogées lors de l’enquête reconnaissent rencontrer des difficultés dans leur processus de recrutement.

... mais généralement surmontées

Afin de résoudre leurs difficultés de recrutement, les entreprises activent  prioritairement d’autres réseaux de recrutement que ceux utilisés habituellement : utilisation plus importante des réseaux sociaux, rapatriement d’expatriés... Peu d’entre elles décident d’interrompre leurs recherches.