Nouveau Grand Paris : la CCI Paris Ile-de-France reste vigilante

La CCI Paris Ile-de-France exprime sa satisfaction au vu des arbitrages rendus par le Premier ministre sur la réalisation du projet du Grand Paris d'ici à 2030 et approuve l'approche métropolitaine retenue. Elle reste cependant très vigilante sur trois points clés du projet : le financement, les objectifs économiques et la gouvernance du projet.

S'il n'est pas prévu d'ici à 2020 d'alourdir la fiscalité du Grand Paris sur les entreprises, le gouvernement prévoit en revanche d'accroître les recettes fiscales de la Société du Grand Paris (SGP) à compter de 2020 pour augmenter de 2,5 milliards d'euros sa capacité de remboursement. Ces nouveaux financements négociés avec les collectivités locales et les entreprises ne devront pas peser sur l'activité économique – la taxe locale sur les bureaux ayant déjà augmenté de 47% entre 2010 et 2011. De fait, les entreprises, largement contributrices au financement des transports publics en Ile-de-France, resteront attentives aux choix de financements des différents projets et à leurs conditions d'exploitation.

Par ailleurs, tel qu'il est présenté, l'ensemble du schéma répond avant tout à des objectifs sociaux. La CCI Paris Ile-de-France salue à cet égard la prise en compte du logement comme un facteur clé du développement économique et de la cohésion sociale de la métropole francilienne. Elle milite néanmoins pour une prise en compte pleine et entière du logement intermédiaire dans le projet pour répondre au problème structurel de logement auquel font face les salariés.

Les objectifs de développement économique ne sauraient être oubliés. « Nous regrettons vivement à cet égard que les délais de réalisation soient reportés à 2027 pour les dessertes aéroportuaires d'Orly et de Roissy ainsi que pour le parc des expositions de Paris Nord Villepinte ! » affirme Pierre-Antoine Gailly. Ces plateformes jouent en effet un rôle clé dans la dynamique des flux régionaux, ce qui souligne bien l'importance de les intégrer le plus rapidement possible dans le projet.

Enfin, le rapprochement de la SGP avec le STIF amène la CCI Paris Ile-de-France à s'interroger sur les modalités de gouvernance des transports franciliens. La CCI souhaite une redéfinition de l'organisation, dans un contexte où les entreprises contribuent déjà à hauteur de 45 % au budget de fonctionnement global des transports en commun en Ile-de-France, alors qu'elles ne disposent que d'un seul représentant sur 30 sièges.

« Toute nouvelle augmentation de la pression fiscale, rappelle le président Gailly, pèserait fortement sur les entreprises et enrayerait la compétitivité et l'attractivité de la région capitale. La réalisation du Grand Paris doit permettre aux entreprises d'obtenir une réponse en termes d'efficacité de l'action publique. La CCI Paris Ile-de-France sera particulièrement vigilante quant à l'articulation entre les différents échelons et compétences. Enfin, en raison de son expertise et de sa capacité à relayer les besoins des entreprises et des activités économiques, elle doit jouer un rôle majeur dans la future gouvernance de la métropole. »

Le 01/03/2013
Contact