Corée du Sud : quelles opportunités pour les entreprises françaises ?

Alors que s’ouvre l'Année croisée France-Corée, la CCI Paris Île-de-France vient de publier une étude consacrée aux nouveaux ressorts de l’économie sud-coréenne. Classé au 13e rang, parmi les puissances mondiales, le « pays du matin calme » oriente résolument son développement vers l’économie créative. Avec une Corée qui se réinvente, c'est un ensemble d'opportunités nouvelles qui s’offrent aux entreprises françaises.

À l'heure où l'innovation est un puissant vecteur de compétitivité des États comme des entreprises, la transformation du modèle économique coréen mérite une attention toute particulière.

« Cette perspective ambitieuse s’inscrit dans une double logique : apporter un nouveau moteur de croissance mais aussi relever le défi de la concurrence de la Chine, du Japon et d’autres pays émergents » souligne Corinne Vadcar, coordinatrice de cette étude.

« Les entreprises françaises, qui témoignent de leur expérience dans notre études, constatent que les Coréens sont déjà engagés sur le chemin de la créativité, qu’il s’agisse de la création-mode-design ou de la communication digitale ».

Un laboratoire du monde

Mieux appréhender ce pays de 50 millions d’habitants est d’autant plus important, si ce n’est urgent, que la Corée connaît depuis les années 80 des mutations très profondes et très rapides qui en font un laboratoire et un pays phare en Asie-Pacifique et dans le monde. Le PIB par habitant est aujourd’hui équivalent à celui des pays européens. Mais les échanges économiques et commerciaux entre la Corée et la France sont malheureusement en deçà de leur potentiel.

« La qualité de l’enseignement, la digitalisation des activités économiques et des grands groupes (chaebols), l’envol des industries créatives… sont autant de signes qui doivent inciter les entreprises françaises à aller dans ce pays qui se réinvente toujours et encore » souligne Olivier Mellerio, membre de la CCI Paris Île-de-France et Président du Comité d’échanges franco-japonais.

« S’il est un thème qui permet à la France et à la Corée de se rejoindre, c’est, à mon sens, l’art de vivre qui focalise tout un ensemble de secteurs, d’activités et d’acteurs. L’Année croisée France – Corée qui se tient en 2015-2016 ne manquera pas de faire vivre des échanges en ce sens. Mais il nous faudra aller plus loin encore pour rattraper le retard de présence de la France dans ce pays » conclut Olivier Mellerio.

La Corée du Sud en chiffres

  • 13e puissance économique mondiale 
  • 5e exportateur mondial (depuis 2014)
  • PIB ($) : 1 305 milliards 
  • Revenu par habitant ($) : 25 975 
  • Dépenses intérieures brutes de R&D (part du PIB) : 4,2 %
  • Taux d’accès à Internet (part des ménages) : 97,3 %
  • Utilisateurs Internet (part de la population) : ≈ 90 %
  • Nombre de téléphones mobiles (pour 1 000 habitants) : 1 100 (chiffres 2012)
Le 03/09/2015