Soldes d’été 2018 : les clients sont au rendez-vous ce matin

auteur  Julien TUILLIER
juin 2018
Les soldes d’été ont débuté ce matin dès 8h dans les magasins et sur internet. Ils constituent la seule période de l’année durant laquelle les commerçants peuvent vendre à perte. Mais cette période de prix cassés subit toujours de plein fouet la concurrence accrue des promotions et ventes privées, organisées en nombre avant le démarrage officiel des soldes, ainsi que celle du e-commerce. Une évolution réglementaire qui pourrait doper les ventes est attendue dès l’année prochaine.

Une concurrence toujours plus forte, un dispositif qui va évoluer
Les opérations de ventes privées et de promotions, qui ne sont pas des opérations de ventes à perte, sont dorénavant largement répandues dans le paysage commercial régional et national. Plus d’un commerçant parisien sur deux propose aujourd’hui des ventes à prix cassés, souvent dans les dix à quinze jours précédant la période officielle des soldes, été comme hiver. « On organise des ventes privées car l’activité est soutenue pendant cette période ; et surtout, si on ne le faisait pas, les clients iraient profiter des bonnes affaires ailleurs ! » affirme ce commerçant parisien interrogé par le CROCIS de la CCI Paris Ile-de-France.

Les soldes font également face à la concurrence d’internet : le marché des ventes en ligne maintient en effet un rythme de croissance soutenu avec des dépenses sur internet qui ont progressé de près de 14% en 2017 par rapport à 2016 et atteignent le chiffre considérable de 81,7 milliards d’euros en France (source Fevad). Aujourd’hui, plus de 37 millions de Français réalisent des achats en ligne et le e-commerce continue à gagner des parts de marché : il est estimé à 8,5% du commerce de détail en 2017.

Face à cette double concurrence, le gouvernement semble avoir entendu les attentes des commerçants ; le dispositif des soldes, dans son organisation actuelle, va évoluer dès le début de l’année prochaine. La première évolution concerne la réduction de la durée des soldes ; « cela fait un moment que l’on réclame la fin des soldes de six semaines car, de toute façon, tout se passe les premiers jours » déclare ce commerçant du 8ème arrondissement. La seconde évolution possible concerne l’instauration d’un événement à durée limitée, sur le format du « Black Friday », qui viendrait booster l’activité lors de périodes généralement creuses au printemps. (...)