Le 21 novembre 2013

"Booster" le marché intérieur européen

Le renforcement du marché intérieur européen, encore incomplet et hétérogène, permettrait de relancer la compétitivité des entreprises. Mais, pour cela, il est indispensable que les décideurs publics prennent en compte le contexte concurrentiel international, et remettent en cause la notion étriquée de marché intérieur pertinent. Ils devront également surmonter le risque de paralysie lié aux prochaines élections. Explications.

Redonner du souffle au marché intérieur européen

Téléchargements :

Pour les entreprises, le marché unique européen constitue l'espace naturel de leur développement économique. Mais, ce marché est imparfait, notamment parce que les Etats membres n'avancent pas à la même vitesse. Il faut donc lui redonner du souffle, au-delà des mesures proposées par Michel Barnier en 2011 et 2012, presque toutes validées aujourd'hui. Ceci suppose aussi de dépasser ce qui constitue stricto sensu le cadre juridique du marché intérieur. 

Marché commun européen : préconisations de la CCI Paris Ile-de-France pour guider la stratégie des euro-décideurs publics

Dans ce contexte, la CCI Paris Ile-de-France met en avant 15 priorités pour accompagner la stratégie des décideurs publics européens. Elle assortit cette liste d'une série de propositions dans 17 domaines thématiques, passant ainsi en revue les différentes phases du développement des entreprises et les besoins que celles-ci peuvent exprimer pour fonctionner dans les meilleures conditions possibles.

Ainsi, sont abordés successivement :

  • le processus d'élaboration de la législation intéressant les entreprises,
  • les moyens de développer l'entrepreneuriat et la reconnaissance vis-à-vis de celle-ci,
  • l'évolution nécessaire des outils juridiques permettant le développement transfrontalier,
  • la simplification de la participation aux marchés publics,
  • le déblocage des grands chantiers fiscaux,
  • un meilleur accès à des financements adaptés,
  • une utilisation du FEDER et du FSE plus axée sur les leviers de compétitivité,
  • des investissements massifs et mieux coordonnés en matière de R&D pour soutenir des chantiers-clés (industrie, énergie, TIC, verdissement des activités),
  • les outils favorisant la mobilité de la main d'œuvre,
  • la modernisation des outils pédagogiques,
  • et une meilleure intégration du marché intérieur dans l'environnement international (qui se traduit, au premier chef, par une surveillance plus homogène, de la qualité et de la sécurité des produits circulant dans l'UE).
Contact