Le 29 avril 2010

Quelle politique commerciale pour l'Europe après la crise

L'Europe demeure dans une position suffisamment confortable et solide pour initier un certain nombre d'évolutions majeures s'agissant de sa politique commerciale. L'Europe demeure dans une position suffisamment confortable et solide pour initier un certain nombre d'évolutions majeures s'agissant de sa politique commerciale.

Téléchargements :

A court terme, cette dernière doit continuer d’être libre-échangiste, mais sans naïveté et avec un souci de réciprocité. 

A long terme, l’Europe, premier marché mondial, ne doit pas hésiter à adopter une position de puissance dans ses rapports avec les grands acteurs du commerce international.

La crise économique et financière de ces deux dernières années aura profondément marqué les échanges commerciaux internationaux et aggravé l'impasse dans laquelle se trouvaient déjà les négociations multilatérales à l'OMC. Il importe, de surcroît, que la politique commerciale de l'Europe s’adapte à un monde qui n’est plus celui de la fin du siècle dernier.

Première puissance commerciale, l'Europe demeure dans une position suffisamment confortable et solide pour initier un certain nombre d'évolutions majeures mais sa politique commerciale souffre d'une certaine dispersion.

La sortie de crise est le moment opportun pour étudier et mettre en place de nouvelles réformes et stratégies pour les prochaines années.

La distinction entre le court/moyen terme et le long terme permet d'envisager un schéma plausible des opportunités. La CCIP suggère deux axes : à court/moyen terme, mieux utiliser les outils existants pour lutter contre la concurrence déloyale ; à long terme, promouvoir une posture de première puissance commerciale.

Documents de travail

Sites à visiter