Le 27 septembre 2012

Les entreprises face au risque inondation – pour un développement robuste et durable du grand Paris

A l’heure où l’Etat met en œuvre la directive inondation, la CCIP souhaite mettre en avant l’acuité particulière du risque inondation pour la métropole parisienne. C’est un enjeu pour la robustesse de notre économie (56 700 établissements et 630 000 emplois sont exposés) et un défi stratégique à relever par les entreprises franciliennes pour réduire leur vulnérabilité. Alors que se met en place le Grand Paris, il faut créer les conditions d’un développement durable et ambitieux de l’Île-de-France par une prise en compte appropriée de ce risque majeur pour notre territoire.

Téléchargements :

Ces dernières années, les images de grandes métropoles inondées sont devenues de plus en plus fréquentes : Prague en 2002, la Nouvelle Orléans en 2005, Varsovie en 2010, Bangkok en 2011. Les impacts d’une crue majeure sont considérables et se répercutent bien au-delà des zones directement touchées du fait notamment de la métropolisation croissante et de la dépendance aux réseaux urbains (transport, électricité, télécommunications, etc.).

L’agglomération parisienne n’est pas à l’abri. C’est un enjeu stratégique pour les entreprises franciliennes qui doivent être en capacité de mieux appréhender et gérer le risque inondation pour réduire leur vulnérabilité. Alors que se met en place le Grand Paris, il faut créer les conditions d’un développement durable et ambitieux de l’Île-de-France par une prise en compte appropriée de cet aléa. L’évolution des politiques publiques, et notamment la mise en œuvre en cours de la directive européenne inondation, doit être l’occasion de l’engagement d’une véritable politique de réduction de la vulnérabilité du territoire francilien au risque inondation, à la hauteur des défis de la métropole capitale.

La CCIP défend neuf propositions en ce sens articulées autour des trois grandes priorités identifiées pour les entreprises face au risque inondation :

  •  Priorité 1 : Prendre conscience du risque inondation

La restauration d’une culture du risque inondation apparait comme un enjeu majeur et un préalable indispensable à la mise en œuvre de politiques de prévention et de gestion de crise. Cette prise de conscience passe par une amélioration des connaissances et de leur diffusion. La CCIP souligne notamment la nécessité de faire évoluer la cartographie pour répondre aux attentes des acteurs économiques.

  • Priorité 2 : Prévenir le risque inondation

C’est un défi à l’échelle des entreprise et pour les politiques publiques d’aménagement et d’urbanisme. La CCIP met en avant la nécessité d’accompagner les entreprises et de mettre en place des dispositifs adaptés aux enjeux franciliens dans le cadre des programmes en cours d’élaboration. Elle préconise le développement de réponses réglementaires, architecturales et organisationnelles adaptées pour l’aménagement des zones sensibles.

  • Priorité 3 : Gérer la crise générée par une inondation

La gestion de crise lors d’un épisode de crue majeure est un des éléments fondamentaux de la résilience de l’économie du territoire car son bon déroulement conditionne la rapidité de reprise de l’activité et la réduction des dommages. La CCIP met en avant des propositions pour une meilleure prise en compte des activités économiques dans ce cadre. Elle attire l’attention sur la nécessité de prendre en compte les enjeux liés à l’assurance du risque inondation et s’intéresse aux enjeux de gouvernance.

Documents de travail

La presse en parle

  •  Crue de la Seine : un risque à prendre en considération, Parisien Economie, le 17 février 2014