Commerce extérieur de l'Île-de-France : le déficit s'est creusé en 2000

Patrice AVAKIAN
Novembre 2001
Une publication
du CROCIS
4 pages
Le commerce extérieur de l’Île-de-France, traditionnellement déficitaire, a vu son solde se creuser en 2000, pour la troisième année consécutive. Les principales évolutions, par pays et par produit, donnent un aperçu général de la situation.

Aggravation du déficit francilien depuis 1997

L’année 2000 s’est caractérisée par une forte aggravation du déficit commercial francilien, plus prononcée encore au cours des deuxième et troisième trimestres. Le solde de la région s’établit à - 229 milliards de francs, soit 48,6 milliards de francs de pertes supplémentaires par rapport à 1999.

L’accroissement continu du déficit observé depuis 1997 semble lié à la reprise de la croissance française. Le redressement de la demande interne stimule en effet les importations franciliennes, qui progressent plus vite que les exportations. Les premières enregistrent ainsi une hausse de 13,8 % en un an, pour atteindre un niveau record de 613,5 milliards de francs en 2000. Les secondes augmentent de 8,2 %, atteignant un montant de 384 milliards de francs.

Par rapport à 1999, la détérioration du solde commercial se concentre sur 5 zones géographiques :

  • l’Union européenne (- 31,7 milliards de francs) ;
  • l’Asie (- 9,7 milliards de francs) ;
  • les autres pays européens dont la Russie (- 5,2 milliards de francs) ;
  • l’Amérique du nord (- 3,9 milliards de francs) ;
  • le Proche et Moyen Orient (- 671 millions de francs).

[...]