La situation de l’emploi et de la conjoncture économique en Île-de-France au printemps 2015

L'Île-de-France peine à profiter d'un environnement économique plus favorable
Printemps 2015
Mai 2015
Une publication
du CROCIS
20 pages
Au niveau mondial, la croissance campe toujours aux environs des + 3,0 % annuels (+ 3,1 % en 2013, + 3,3 % en 2014 et + 3,2 % attendus en 2015).

En effet, si l’activité est mieux orientée en zone euro malgré les difficultés des négociations entre la Grèce et ses créanciers, les Etats-Unis ont – comme il y a un an - connu un hiver difficile (- 0,2 % au premier trimestre 2015). Ce ralentissement, même s’il ne devait s’avérer que temporaire, est venu s’ajouter à celui des économies émergentes.  

En France, le PIB a une nouvelle fois peu progressé en 2014 : l’an passé, la croissance annuelle n’a ainsi été que de + 0,2 % et l’économie hexagonale a même subi une période de « récession technique » au premier semestre. Pour 2015, le contexte extérieur actuellement favorable (faiblesse de l’euro et du prix du pétrole et politique monétaire accommodante) et le bon résultat du premier trimestre (+ 0,6 %) laissent espérer une croissance annuelle de + 1,0 %. Toutefois, ce sera toujours insuffisant pour redynamiser rapidement et significativement un marché de l’emploi retombé, fin 2014, à son niveau du début des années 2000.  

En Ile-de-France, l’activité reste un ton au-dessus de la dynamique nationale : cela permet notamment à l’emploi salarié francilien, contrairement à celui d’autres régions, d’être proche de son niveau d’avantcrise. Néanmoins, les difficultés persistent et l’économie francilienne ne s’inscrit pas encore dans le scénario de reprise tant attendu depuis 2008- 2009 : ainsi, même s’il reste contenu comparativement au niveau national, le nombre de défaillances d’entreprises est notamment orienté à la hausse ; le taux de chômage régional s’est encore approché du seuil de 9,0 % (8,9 % au quatrième trimestre 2014).