Les biotechnologies industrielles en Ile-de-France : Naissance de la bio-informatique

Fabrice RIGAUX
31
Septembre 2001
Une publication
du CROCIS
Secteur rentable mais encore de taille modeste, la bio-informatique, en croissance régulière durant ces dernières années, s'affirme comme un outil incontournable pour la maîtrise des configurations industrielles du futur. Comment ce secteur se structure-t-il donc en Ile-de-France ?

UNE TECHNOLOGIE D'AVANT-GARDE

Le développement des biotechnologies industrielles a projeté sur le devant de la scène un secteur encore inconnu il y a 20 ans, la bio-informatique. Elle traite les énormes volumes de données issues de la biologie industrielle (notamment en génétique, génomique, post-génomique) et les transforme en informations utilisables par les scientifiques et les industriels dans la biochimie, la chimie fine, la pharmacie et l'industrie des nanotechnologies (biopuces). Ce secteur intégre les connaissance en biologie, les techniques informatiques et l'électronique.

UN MARCHÉ EN CROISSANCE RAPIDE

Le marché de la bio-informatique n'en est qu'à ses débuts et représente pour l'année 2000 environ 2 milliards d'euros dans le monde, mais progresse de plus de 5 % par an, notamment du fait de la mise en route depuis 1995 des programmes de séquençage génétique à grande échelle (bactéries, virus, espèces végétales ou animales) qui supposent d'importantes capacités de traitement et d'interprétation de données. La moitié de ce marché provient de la vente de données, l'autre des services et outils de bio-informatique.

Les modalités commerciales vont du développement de programmes à la vente de licences (jusqu'à 100 000 euros l'unité). Ce nouveau marché émerge notablement depuis cinq ans et semble déjà en cours de structuration au Japon et aux Etats-Unis, avec le concours commercial des industries pharmaceutiques. Il rassemble déjà plus de 900 produits et applications et compte environ 400 entreprises spécialisées, presque toutes localisées aux Etats-Unis (Californie), au Japon (Osaka) et au Royaume-Uni (Cambridge/Oxford et Londres).