Le 23 juillet 2020

Fusion des ports de l’axe Seine, enjeux économiques

Contribution inter-consulaire au Projet Stratégique pour la fusion des Ports de l’Axe Seine

L’intégration de l’Axe Seine est un processus historique qui vise l’ouverture de la Région-Capitale sur sa façade maritime, dans un contexte de concurrence des places portuaires au sein de la Northern Range. La CCI Paris Île-de-France, de la CCI Normandie et de l’association consulaire Paris Seine Normandie, s’inscrivent dans le processus en cours de fusion des trois établissements existants (Paris, Rouen et Le Havre).

rapporteur

Elles formulent différentes préconisations visant à améliorer la compétitivité de l’Axe Seine. Elles demandent notamment une juste représentation des acteurs économiques au « Projet Stratégique d’HAROPA ».

Pour la CCI Paris Île-de-France, la CCI Normandie et l’association consulaire Paris Seine Normandie cette fusion doit avant tout traiter le déficit de compétitivité de l’Axe Seine par une meilleure captation des marchés sur l’ensemble du corridor fluvial et de son hinterland.

Valoriser l’offre commerciale 
L’émergence d’un nouveau paradigme commercial portuaire, visant une approche « business » orientée sur les besoins des entreprises, est fortement attendue. Mais pour que l’offre de demain, moins cloisonnée et plus réactive, réponde aux besoins du client-utilisateur, certains prérequis doivent être remplis. La mise à disposition d’un « centre de relation client » commun dans l’Axe Seine et la reconfiguration des mécanismes d’aides à la transition énergétique sont ainsi prioritaires.

Tirer les investissements vers la croissance 
La quête de compétitivité doit combiner une offre multimodale étoffée avec une gestion exigeante et coordonnée des infrastructures. La multiplicité des autorités compétentes dans le bassin de la Seine risque de nuire à la bonne coordination et à la rapidité d’exécution de la maintenance. Il faut homogénéiser l’action publique avec toutes les parties prenantes - dont VNF -, anticiper les besoins liés à l’avitaillement alternatif et développer le potentiel du transport combiné rail/fleuve.

Construire une gouvernance économico-portuaire 
Le nouvel établissement portuaire devra préserver les spécificités d’activités propres à chaque bassin portuaire. L'ADN et la spécificité des économies des ports préexistants ne seront garantis qu’au travers d'une juste représentation des acteurs économiques. 
Il s'agira de les retrouver au cœur des organes de gouvernance : dans la structure de tête (siège social) comme dans les "territoires portuaires", où les missions opérationnelles sont exécutées. Une gouvernance resserrée et une représentation des acteurs économiques doivent être au cœur de la stratégie. De façon complémentaire les réseaux d’entreprises concernés joueront un rôle indispensable dans l’animation économique locale.

Pour en savoir plus :