Travail et emploi

« L’immersion professionnelle : un dispositif gagnant-gagnant ! »

Restaurant - Immersion Restaurant - Immersion

Restaurateur à Paris, Florian, comme toute sa profession, rencontre des difficultés de recrutement tant pour la cuisine que pour le service. Il a saisi l’opportunité du dispositif « Immersion professionnelle » pour accueillir un demandeur d’emploi dans son restaurant pendant un mois, avant de le recruter.

« L’activité de mon restaurant a toujours été très dense à midi avec les salariés du quartier mais aussi les étudiants. C’est une clientèle toujours un peu pressée et qu’il ne faut donc pas faire attendre, explique Florian. Depuis la fin des confinements et le retour progressif sur les lieux de travail et sur les bancs de l’école, j’ai la chance d’avoir presque retrouvé une activité normale ! »

Mais si les clients sont revenus, ce n’est malheureusement pas le cas de tous les salariés. « C’est moi qui assure la cuisine avec un commis. Et pour le service en salle et en terrasse, j’ai besoin de deux serveurs. Trois serait même idéal ! Or, un de mes serveurs est parti s’installer en province après le premier confinement. »

Pour pallier le manque de bras, Florian a donc eu recours au dispositif « Immersion professionnelle » et a accueilli un demandeur d’emploi dans son restaurant pendant un mois. « C’est un dispositif gagnant-gagnant ! Maria était au chômage et avait décidé de se tourner vers la restauration, mais elle manquait d’expérience. Pour ma part, je ne trouvais pas de serveur expérimenté. Pendant son immersion, elle a pu se confronter à la réalité du métier et confirmer son projet professionnel. Quant à moi, cela m’a permis de tester sa motivation et ses aptitudes pour le service en salle. »

L’immersion professionnelle est encadrée par une convention tripartite signée par l’entreprise, le demandeur d’emploi et un prescripteur (Pôle emploi, Mission-locale, Cap Emploi, une structure d’insertion par l’activité économique). Pendant la période d’immersion, le bénéficiaire conserve son statut et ses indemnités de chômage. Et il est couvert pour les risques d’accident du travail.

« L’employeur ne prend ainsi pas de risque. Il n’a pas à rémunérer le demandeur d’emploi qu’il accueille en immersion et peut évaluer ses compétences. C’est une sorte de phase de pré-recrutement, mais qui ne remplace pas la période d’essai. Avec Maria, tout a matché et je l’ai donc ensuite recrutée en CDI. Ce dispositif a été une réelle opportunité pour mon restaurant et… pour Maria ! » conclut Florian

En savoir plus sur l'immersion professionnelle et l'aide de la CCI Paris IdF

Partager