Soldes

Après l’euphorie de la réouverture et le succès des ventes privées, les soldes arrivent trop tard

Brad Pict-Fotolia-12275_1920x510 Brad Pict-Fotolia-12275_414x490.jpg

L’enquête « soldes d’été 2021* » menée par l'Observatoire économique régional (CROCIS) de la CCI Paris Ile-de-France révèle que la période de soldes qui s’achève n’a pas été satisfaisante à Paris. Les raisons invoquées : l’afflux de consommateurs dès la réouverture du 19 mai, des ventes privées et promotions avec de bons résultats et une période qui a cumulé les contraintes (départs en vacances, météo pluvieuse et absence de touristes). Les commerçants restent tout de même optimistes attendant une reprise pour la rentrée

Des soldes impactés par le report de la date de début et l’absence de touristes

Une forte majorité des commerçants parisiens interrogés (55%) ne sont pas satisfaits de leur activité pendant ces soldes d’été. Et 35% des commerçants interrogés ont observé une hausse de leur chiffre d’affaires au mieux égale à + 20% pendant cette période par rapport à un mois normal.

L’enquête montre que de nombreux commerçants parisiens jugent la date de début des soldes trop tardive. Ils sont 57% à déplorer le report de la date de début des soldes au 30 juin au lieu du 23 juin.  « Les vacances scolaires ont débuté le 6 juillet. On l’a ressenti tout de suite au niveau du trafic, les Parisiens sont partis en vacances » indique la gérante d’un commerce de prêt-à-porter. « Le gouvernement a fait la même erreur que l’année dernière, les gens sont partis début juillet, il n’y avait plus personne pour les soldes », renchérit un autre commerçant.

En temps normal, l’absence des Parisiens partis en congés est compensée par l’arrivée de nombreux touristes au fort pouvoir d’achat. Cette année, en raison de la situation sanitaire, les touristes sont peu nombreux : 73% des commerçants n’ont pas vu de touristes dans leur magasin pendant les soldes. « Les Américains et les Chinois sont absents, or ce sont eux qui dépensent le plus », se désole la gérante d’une boutique de prêt-à-porter de luxe proche de Saint Germain des Près. Cette année, pour seulement 8% des commerces, la part des dépenses des touristes représente plus de 40% de leur chiffre d’affaires pendant les soldes, en 2019 c’était le cas pour 22% des commerces.

Des soldes cannibalisés par l’ouverture du 19 mai et les ventes privées

A la réouverture des commerces dits « non essentiels », les clients avaient répondu présents. 54% des commerçants interrogés se disent satisfaits de leur activité entre la réouverture du 19 mai et le début des soldes, en raison du flux important de clients observé. « A la réouverture c’était très bien, les gens avaient envie d’acheter, on a eu trois semaines intenses, un vrai engouement pour les achats », rapporte le gérant d’une boutique.

Environ trois semaines après la réouverture de leurs boutiques, certains commerçants ont observé un essoufflement de la fréquentation lié aux premiers départs en vacances et à une météo pluvieuse. 65% des commerçants ont choisi de mettre en place des promotions ou ventes privées, qui ont donné des résultats satisfaisants pour 67% d’entre eux. Mais ces promotions qui ont eu lieu pendant le mois de juin pour 60% des commerces, soit juste avant le démarrage des soldes, ont diminué l’impact de ceux-ci. « Les gens avaient déjà consommé en pré-soldes, donc les soldes ont été très moyens, le premier week-end ça allait, mais au fil des jours on voyait de moins en moins de monde ».

Des commerçants optimistes malgré l’impact de la fermeture administrative

Avec la crise sanitaire et la fermeture administrative des commerces, 43% des commerçants ont perdu au moins 50% de leur chiffre d’affaires entre le 1er janvier et le 30 juin 2021, par rapport aux six premiers mois de 2019. 53% des commerçants ont eu une baisse de fréquentation égale ou supérieure à 50% entre le 1er janvier et le 30 juin 2021, par rapport aux six premiers mois de 2019. Toutefois, seuls 9% des commerçants disent envisager de mettre fin à leur activité.

Malgré ces deux années consécutives très difficiles, les commerçants parisiens sont 70% à se déclarer optimistes pour les prochains mois, rassurés par l’afflux des consommateurs dès la réouverture des commerces. La gérante d’une boutique de chaussures, espère « une reprise à la rentrée et que les gens pourront s’habiller comme avant et ne pas rester en chaussons comme pendant le confinement ! ».

*L’enquête soldes d’été 2021 a été menée par le Centre Régional d’Observation du Commerce, de l’Industrie et des Services (CROCIS) auprès de 300 commerçants parisiens du 13 au 19 juillet 2021, complétée par une cinquantaine d’entretiens en face-à-face rue de Rennes.

L’enquête détaillée à retrouver ici

Contact

Pauline Launay

Attachée de presse

Retour en haut du site