Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Panorama 2023 de la cession-reprise d'entreprises en Ile-de-France

Novembre 2023

transmission 2022 Header transmission 2022 responsive

En Ile-de-France, 137 000 entreprises employant au moins un salarié ont à leur tête un dirigeant âgé de 55 ans ou plus, qui sera donc concerné par la transmission ou la cession de son entreprise à moyen ou long terme. Faute de trouver un repreneur, ces entreprises pourraient disparaître ; or 841 000 salariés travaillent pour elles.

La transmission d'entreprises en bref


Dans les dix prochaines années, ce sont donc 84 100 emplois en moyenne qui sont potentiellement menacés de disparaître chaque année si ces entreprises ne sont pas reprises. A cela s’ajoutent 321 000 entreprises sans salarié, elles aussi concernées par la cessation d’activité de leur dirigeant d’ici dix ans. Afin de permettre à ces entreprises de poursuivre leurs activités et pour sauvegarder ces emplois, de nombreux dispositifs d’aide et de mise en relation entre dirigeants-cédants et repreneurs potentiels ont été créés.

A ces conséquences sur l’emploi s’ajoute la perte de savoir-faire liée au départ de dirigeants expérimentés. 321000 entrepreneurs indépendants sans salarié atteindront l’âge de la retraite d’ici dix ans ; parmi ces derniers se trouve également un nombre désormais important de micro-entrepreneurs qui ne seront pas concernés par la transmission, ces entreprises n’étant pas cessibles.

Ces chiffres relatifs aux entreprises à transmettre constituent une estimation maximale. En effet, les entreprises dont le dirigeant décidera de cesser son activité ne seront pas toutes concernées par la transmission : certaines disparaîtront sans chercher de repreneur(s).

transmission 2023

 

Le nombre de dossiers de cession est en recul en 2023 : l’inflation générale a des conséquences sur le marché de la transmission : certaines entreprises voient leur marge diminuer et préfèrent donc reporter leur projet de transmission en espérant retrouver leur marge à court terme et pouvoir ainsi mettre en vente leur entreprise quand elle présentera un meilleur bilan. Les entrepreneurs ont moins de temps à consacrer à la préparation de la transmission de leur entreprise : l’augmentation des coûts des matières premières et l’alourdissement de la facture énergétique entrainent une surcharge de travail pour les entrepreneurs qui se voient contraints de renégocier leurs contrats avec leurs fournisseurs. Les difficultés de recrutement de personnel auxquels font face les chefs d’entreprises sont également chronophages.

Il est communément admis qu’environ 70 % des transmissions d’entreprises se font sur le « marché caché » et 30 % sur le « marché ouvert ». Le « marché caché » est celui sur lequel cédants et repreneurs se rencontrent sans que l’information que l’entreprise est à vendre ne soit rendue publique : c’est le cas des transmissions familiales, des transmissions en interne (reprise par un salarié) et des transmissions pour lesquelles les deux parties se sont rencontrées via un réseau ou un contact commun. C’est au sein de ce marché que se réalisent les plus « belles » transactions.

Le commerce constitue une problématique à part :

  •  il existe plus de commerces à céder que de repreneurs potentiels, cette tendance s’accentue au fil des ans, les jeunes entrepreneurs préférant se tourner vers la création d’un e-commerce plutôt que vers la reprise d’un commerce avec une boutique.
  • ce qui motive l’achat d’un commerce n’est pas forcément l’entreprise en elle-même (le fond), mais plus souvent l’emplacement de la boutique (les murs ou le bail).

7 Entreprises à transmettre sur 10 sont des entreprises de service

D’un point de vue sectoriel, la répartition des entreprises potentiellement à transmettre dans les 10 prochaines années est proche de celle de l’ensemble des entreprises : les entreprises de services sont plus nombreuses (71,1 %), viennent ensuite les commerces (14,7 %), la construction (9,8 %) et enfin l’industrie (4,1 %).

À l’image du tissu économique francilien au sein duquel les entreprises sont majoritairement sans salarié (79,4 %), les entreprises dont le dirigeant a 55 ans ou plus n’ont pas de salarié (70,1 %) ou peu (entre 1 et 9 salariés pour 24,2 %).

84 100 emplois menacés chaque année en Ile-de-France

Les entreprises de moins de 50 salariés ayant à leur tête un dirigeant âgé d’au moins 55 ans emploient quelque 841 090 personnes ; en prenant l’hypothèse d’un départ en retraite du dirigeant à l’âge de 65 ans, chaque année 84 110 emplois sont donc potentiellement menacés de disparaitre si ces entreprises ne sont pas reprises.

Cédants et repreneurs : des profils-type bien différents

Le réseau Transentreprise Ile-de-France, animé par la CCI Paris Ile-de-France, dispose de nombreuses informations, aussi bien quantitatives que qualitatives, permettant d’apprécier la situation du marché de la cession et de la reprise d'entreprises en Ile-de-France. L’ensemble de ces données permet de dresser un profil-type de l’entrepreneur cédant ou du repreneur.

infographie

 

32.00 %
des entreprises sont dirigées par un entrepreneur âgé de 55 ans ou plus
841000.00
salariés travaillent pour des entreprises de moins de 50 salariés dont le dirigeant à 55 ans ou plus

58.00 %
des cessions sont motivées par la retraite du chef d’entreprise

Auteur : Yves BURFIN

Novembre 2023

Partager