Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Pour les entreprises franciliennes de l’industrie et du BTP, une transition écologique à marche forcée, malgré les difficultés économiques

Enjeux Ile-de-France n° 236

Transition ecologique header transition ecologique responsive

La nécessité de modifier nos activités pour les rendre compatibles avec la préservation de la planète s’est renforcée à la faveur des perturbations climatiques de l’été. A cela s’ajoutent les conséquences économiques de la guerre en Ukraine ; les entreprises doivent, elles aussi, s’adapter à cette nouvelle donne, accentuée par les inquiétudes autour de la hausse des prix de l’énergie et les difficultés d’approvisionnement. Où en sont les entreprises franciliennes des secteurs du bâtiment, des travaux publics et de l’industrie, particulièrement concernées, en termes de transition écologique ? Le Crocis a interrogé les chefs d’entreprises afin de faire le point et identifier leurs difficultés.

dev durable

Une transition écologique déjà engagée pour 71 % des chefs d’entreprises

71 % des dirigeants interrogés par le Crocis déclarent avoir déjà pris des mesures pour mieux intégrer la transition écologique dans le fonctionnement de leur établissement ; ces mesures concernent en majorité trois grands domaines : l’économie circulaire (79 % des réponses), la responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE 60 %), la transition énergétique (58 %). Les mesures prises consistent essentiellement en actions de tri et recyclage de déchets (83 %), le choix de fournisseurs locaux pour favoriser les circuits courts (62 %) et l’utilisation de produits moins polluants ou l’écoconception (41 %).

24 % des chefs d’entreprises n’ayant jamais pris de mesures dans le domaine de la transition écologique ont l’intention de le faire à court terme, c’est-à-dire en 2022 ou 2023.

Pour quelles raisons les chefs d’entreprises ont-ils décidé d’intégrer la transition écologique au sein de leur entreprise ? Les principales raisons invoquées sont en priorité : le bien de l’environnement en général (80 %), l’objectif de la durabilité de l’entreprise (51 %), et la recherche d’économies à moyen terme (50 %).

écologie

La transition énergétique devient urgente


75 % des chefs d’entreprises interrogés n’ont jamais réalisé de bilan énergétique de leur entreprise. La raison le plus souvent avancée est l’absence de compétences (30 %). 20 % des entreprises jugent que le diagnostic énergétique n’est pas prioritaire pour eux.
Aujourd’hui, 56 % des dirigeants ont déjà mis en place des mesures de réduction de leur consommation énergétique. Il s’agit en priorité de la modernisation du système de chauffage ou de climatisation (43 %), le renouvellement de la flotte de véhicules d’entreprises (33 %). Face à la hausse du coût de l’énergie, 54 % des dirigeants interrogés envisagent de prendre prochainement des dispositions supplémentaires en matière d’économie d’énergie.
Une offre insuffisante de véhicules utilitaires propres
59 % des dirigeants interrogés pensent que le renforcement de la ZFE-m francilienne n’aura pas ou peu de répercussions sur leur activité. 39 % des dirigeants souhaiteraient avoir accès à une offre plus importante de véhicules propres.

Une offre insuffisante de véhicules utilitaires propres

59 % des dirigeants interrogés pensent que le renforcement de la ZFE-m francilienne n’aura pas ou peu de répercussions sur leur activité. 39 % des dirigeants souhaiteraient avoir accès à une offre plus importante de véhicules propres.

L’eau, un enjeu majeur mais sous-estimé de l’adaptation au changement climatique

74 % des dirigeants interrogés n’ont pas d’objectif de réduction de leur consommation d’eau. Seuls 4 % des dirigeants ont engagé une démarche d’estimation de leur empreinte « eau », et 12 % seulement utilisent un outil de pilotage de leur consommation d’eau.

Economie circulaire : gestion des déchets et recherche de fournisseurs locaux à l’ordre du jour

En matière d’économie circulaire, les mesures envisagées pour l’avenir par les dirigeants d’entreprises concernent en priorité la gestion des déchets : 49 % des dirigeants ont en projet de mieux recycler leurs déchets et 44 % de réduire leur quantité.

Méthodologie

Enquête menée par mail entre le 22 juin et le 13 juillet 2022 auprès de 186 entreprises franciliennes du secteur de l’industrie, du bâtiment et des travaux publics (métallurgie, alimentaire, textile, informatique, équipement électrique, bois, …).

71 % des entreprises ont entre 0 et 19 salariés, 24 % entre 20 et 99 salariés, 5 % 100 salariés ou plus.
Traitement et analyse par le Crocis de la CCI de Paris-Ile-de-France.

infographie DD

Auteur : Bénédicte Gualbert

Septembre 2022

Partager