Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Startups industrielles en Ile-de-France

Comment favoriser leur essor, leur financement et leur pérennité sur le territoire francilien ?

Startups industrielles H1 Startups industrielles H2

Dynamiques et innovantes, les startups industrielles sont incontestablement un atout pour la réindustrialisation de notre pays. Malheureusement leur développement est entravé par des freins qui leur sont spécifiques, bien plus forts que ceux rencontrés par les autres startups. Financement, immobilier, recrutement : autant de domaine où ces entreprises rencontrent des obstacles. Autant de domaines pour lesquels la CCI Paris Ile-de-France propose des pistes qui contribueront à l’essor des startups industrielles et à leur ancrage sur le territoire francilien.

Téléchargez le rapport

Startups industrielles

 

Qu’est-ce qu’une startup industrielle ?

Quel que soit leur secteur d’activité, les startups peuvent être définies comme des entreprises en création ou « en démarrage », se caractérisant -selon les définitions- soit par un projet innovant, soit par une forte croissance du chiffre d’affaires ou du capital, soit par plusieurs de ces critères à la fois. En somme, la startup est liée à la notion d’expérimentation d'une nouvelle activité sur un marché émergeant et dont les risques sont difficiles à évaluer.

Certaines startups sont qualifiées d’« industrielles » ou « à vocation industrielle » car elles développent des innovations présentant une dimension matérielle qui va nécessiter, à l’issue du processus de R&D, de fabriquer un produit dans une usine ou un atelier. Elles se différencient donc de celles qui mettent au point des innovations immatérielles, notamment numériques ou digitales. Par exemple, un vaccin développé par une startup en laboratoire, devra être fabriqué dans une usine, ce qui n’est pas nécessaire pour un logiciel d’intelligence artificielle.

Startup schéma 1

 

 

Pourquoi les startups industrielles sont importantes ?

La « stratégie startups industrielles et Deep tech », née en 2017 et renforcée en 2022, a pour objectif de maximiser les retombées sur le territoire national des innovations industrielles, tant en matière de création de richesse et d’emploi que de souveraineté technologique. Initiée par le gouvernement, cette politique peut avoir un effet d’entrainement non négligeable sur le tissu économique français et notamment francilien. A condition naturellement qu’elle soit maintenue dans le temps.

Cartographie startup

Source : Données Trendeo 2023 - Fond de plan IGN BD Topo 2021 / IDFM 2022
Réalisation cartographique : CCI Paris IDF - Juin 2023
 

En effet, les startups industrielles ont des perspectives de croissance en moyenne plus importantes que les autres et sont porteuses d’emplois. L’industrialisation en France créée des richesses et des emplois non seulement dans les usines mais aussi dans le tissu de fournisseurs industriels, et dans les services qui accompagnent cette industrialisation (bureau d’études, conseil en ingénierie, immobilier, finances, RH, etc.).  

 
Schéma 2

Source : Bpifrance

Une opportunité pour l’Ile-de-France qui compte pas moins de 522 startups, soit plus de 30 % des startups industrielles françaises (chiffres Bpifrance). Ce poids élevé s’explique notamment par la concentration d’activités de R&D publique et privée, d’écoles d’ingénieurs, d’universités, et de structures d’accompagnement à la création d’entreprise et à l’innovation (incubateurs, accélérateurs) dans la région. Il s’explique également par les financements disponibles : France 2030 régionalisé, PM’Up, TP’Up, PM’Up jeunes pousses industrielles, fonds de co-investissement de la Région Ile-de-France.

Cependant on peut craindre que les retombées économiques associées à l’ensemble de l’investissement des acteurs franciliens dans ces startups ne bénéficient à d’autres régions ou à d’autres pays si ces entreprises n’ont pas les moyens d’y poursuivre leur développement dans de bonnes conditions.

La CCI Paris Ile-de-France s’est penchée sur le développement des startups « à vocation industrielle » car elles contribuent pleinement au mouvement de réindustrialisation de nos territoires. Un enjeu d’autant plus crucial face à une concurrence étrangère exacerbée.

Comment répondre aux besoins spécifiques des startups industrielles ?

L’innovation requiert un processus long et complexe, a fortiori en matière de création matérielle. On distingue plusieurs grandes phases. Schématiquement :

  • la phase de R&D, débouchant sur une « preuve de concept » et un premier prototype
  • la phase de pré-industrialisation consistant à réaliser des pré-séries
  • la phase de l’industrialisation visant la production à grande échelle

A chaque phase ses besoins spécifiques :

  • les dirigeants sont souvent des chercheurs ou entrepreneurs qui ne maîtrise pas les notions d’industrialisation,
  • la mise en production requiert d’importants capitaux propres augmentant la frilosité des investisseurs,
  • les besoins en surfaces occupées croissent avec le développement de l’activité (alors même que le foncier disponible se raréfie et que les industries n’ont pas toujours « bonne presse » auprès des riverains).

Sur ce dernier point, on estime que la production à grande échelle requiert une surface de plus de 5000 m² avec des constructions sur un foncier de 10 à 20 ha. Clairement la recherche d’un site adapté (à plus forte raison en région parisienne) consomme du temps et des ressources que les startuppeurs ne peuvent pas concentrer sur leur innovation et leur future mise sur le marché. La CCI Paris Ile-de-France souhaite ainsi la mise une place d’une politique d’aménagement facilitant le développement des startups franciliennes :

  • Pour faciliter l’accès des startups à des locaux d’activité, en zone centrale et à proximité des transports en commun ;
  • Et accroître le foncier disponible dans des délais et à des prix raisonnables pour les startups opérant dans les filières stratégiques de la région.

Une autre difficulté à l’essor des startups industrielles se trouve dans le recrutement : Comment trouver les candidats ayant de fortes compétences techniques, alors que certains métiers sont déjà en tension (ingénieurs...), que l’industrie est trop souvent jugée à tort comme peu attrayante et que les rémunérations sont moins importantes que dans les entreprises plus matures ? Sans compter d’autres aspects, tels l’éloignement des centres urbains et le manque de desserte en transports en commun dès lors que la startup doit déménager et s’implanter hors des villes.

Des mesures sont également indispensables en matière de financement.

  • Il est urgent, tout d’abord, de créer un écosystème facilitant le financement des startups industrielles. Par exemple, et de façon très concrète, on pourrait promouvoir les prêts entre entreprises. Certes, la faculté existe depuis longtemps mais sa refonte par une loi de 2015 l’a rendue si complexe que ces prêts sont désormais quasi inexistants. Une révision de la loi est indispensable.
  • Il faut ensuite orienter l’épargne disponible vers nos entreprises. Le fléchage de l’épargne retraite vers des fonds destinés aux startups industrielles pourrait ainsi être utilement envisagé.

Auteurs : Nordine Jafri et Sylvie Salinié
Experts : Emmanuel Bacholle et Juliette Bertiaux

 

Pour en savoir plus :

Sur le même sujet :

janvier 2024

Partager