Commerce

Année de la Gastronomie : participez à l’appel à projets !

Année de la gastronomie - Desktop Année de la gastronomie - Mobile

Vous portez un projet innovant et fédérateur, destiné à mettre en valeur la gastronomie française ? N’hésitez pas, candidatez ! L’appel à projets est ouvert à un large public, des entreprises aux collectivités, en passant par les organisations professionnelles ou encore les établissements publics.

Lancée en septembre 2021 par le Gouvernement, l’Année de la Gastronomie a pour objectif de soutenir l’ensemble de la filière de la restauration, des producteurs aux restaurants, et de faire rayonner le savoir-faire culinaire français. Dans ce cadre, un appel à projets pour soutenir les initiatives de valorisation de la gastronomie est lancé, en partenariat avec les CCI.

Les projets sélectionnés bénéficieront du label Année de la Gastronomie. Et les meilleurs d’entre eux obtiendront également un soutien financier de l’Etat compris entre 10 000 et 50 000 euros.

Quatre grandes thématiques se succèderont au cours de cette Année de la Gastronomie :

  • L’hiver de la gastronomie engagée et responsable : 28 projets ont été labellisés pour la saison hiver et 18 projets recevront une aide financière pour leur réalisation.
     
  • Le printemps de la gastronomie inclusive et bienveillante : l'appel à projets de la saison printemps ouvre le 15 janvier. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 21 février 2022.
     
  • L’été pour célébrer le partage et le vivre-ensemble : la date limite de dépôt des candidatures est fixée au 21 mai 2022.
     
  • L’automne des producteurs : la date limite de dépôt des candidatures est fixée au 21 août 2022.

Chaque porteur de projets a la possibilité de déposer un projet pour chacune des quatre saisons, soit jusqu'à quatre projets.

Les projets seront sélectionnés en fonction de leur capacité à rassembler un large public, à sensibiliser aux enjeux du secteur de la gastronomie, à contribuer à la diffusion des savoir-faire locaux et artisanaux et au rayonnement de la culture et du patrimoine gastronomique français, mais aussi à permettre aux entreprises du secteur de se faire mieux connaitre et de partir à la conquête de nouveaux marchés et clients.

Entreprises, restaurateurs : présentez votre projet !

Vous êtes une collectivité : en savoir plus

Valoriser l’offre des restaurateurs

Même pris en étau par la crise sanitaire, la plupart des restaurateurs ont su rebondir, adapter leur offre, explorer de nouveaux plats, menus, modes de vente, de distribution et de livraison. Certains ont également modifié leurs relations avec leurs fournisseurs, partenaires et clients ou entrepris des formations (e-commerce…).

Capacité à se renouveler, à répondre aux attentes des clients, à privilégier une nourriture saine (circuits courts, ingrédients locaux, provenance certifiée...) : ce sont tous ces efforts que l’État souhaite saluer, valoriser et encourager à travers cette opération.

Conquérir de nouveaux marchés et de nouveaux publics

L'Année de la Gastronomie vise plusieurs objectifs :

  • rassembler un large public autour de la gastronomie,
  • sensibiliser aux enjeux du secteur de la gastronomie, notamment en termes d’égalité, d’insertion, d'action contre les discriminations, d’inclusion sociale, de transition écologique et de numérisation,
  • donner la possibilité aux entreprises du secteur de se faire mieux connaître, d’aller à la conquête de nouveaux marchés et à la rencontre de clients potentiels auprès desquels les produits, le savoir-faire et le service français dans le domaine gastronomique rencontrent une écoute favorable,
  • contribuer à la diffusion des savoir-faire locaux et artisanaux, au rayonnement de la culture gastronomique française et du patrimoine culinaire de notre pays.

Une charte, dix engagements

Une charte des valeurs pour une gastronomie humainement engagée a été rédigée. Elle prône un retour à l’authenticité, au local et à l’humain. Parmi les 10 engagements pris, la promesse d’une gastronomie « bonne pour la société, parce qu’équitable (par une juste rémunération des acteurs, producteurs, restaurateurs, cuisiniers, personnels de salle), inclusive (handicap), ouverte (sans élitisme ni démagogie), et conviviale, parce que se nourrir ensemble est un bonheur partagé, et que la conversation est le couronnement du repas gastronomique des Français, inscrit par l’Unesco ».

Partager