Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Un faible taux d’emploi des jeunes en Ile-de-France comparativement à celui des régions du nord de l’Europe

Enjeux Ile-de-France n° 250

Emploi de jeunes emploi des jeunes

Même si la récente réforme des retraites en France a particulièrement remis en lumière le taux d’emploi des seniors, l’emploi des jeunes n’en reste pas moins une préoccupation majeure des pouvoirs publics ; en effet, un taux d’emploi faible conduit à un taux de chômage élevé pour cette tranche d’âge. Comment a évolué le taux d’emploi des jeunes en Ile-de-France ces dernières années ? Comment se positionne-t-il comparativement à celui des autres régions hexagonales ? A-t-il augmenté plus rapidement que dans les grandes métropoles allemandes, espagnoles, italiennes et néerlandaises ? Quelle est l’ampleur du taux de chômage de cette tranche d’âge ?

La stratégie de coordination des politiques économiques Europe 2020 définie au sein de l’Union européenne (UE) pour la période 2010-2020 comportait parmi ses cinq grands objectifs l’ambition d’augmenter le taux d’emploi. Si le taux d’emploi dans l’UE est passé de 36,1 % en 2002 à 62,3 % en 2022 pour les seniors (55-64 ans), il n’a quasiment pas augmenté sur la même période pour les plus jeunes (15-24 ans), en passant de 34,1 % à 34,8 %.

Certes la durée moyenne des études s’allonge et l’âge moyen de sortie du système scolaire est de plus en plus élevé, certes plusieurs crises se sont succédé depuis 2008 mais les jeunes peinent bien souvent à faire leur entrée sur le marché du travail.

Malgré une hausse ces dernières années, le taux d’emploi des jeunes Franciliens est inférieur à celui observé au plan national

Depuis le début des années 2000, le taux d’emploi de la population de 15 à 24 ans en Ile-de-France est inférieur à celui observé au niveau national ; seule exception, l’année 2002 au cours de laquelle les deux taux étaient égaux (29,3 %).

Entre 2000 et 2022, le taux d’emploi des jeunes Franciliens a peu évolué : globalement il a oscillé dans une fourchette comprise entre 25,0% et 30,0 %. Toutefois, depuis le point bas de 2016, la tendance est haussière.

Cette hausse récente est probablement – au moins en partie - liée au développement de l’apprentissage ces dernières années ; en effet, même si les apprentis ne sont pas pris en compte dans les effectifs des entreprises, l’alternance contribue a posteriori à augmenter l’employabilité des jeunes lors de leur entrée sur le marché du travail.

Même si des progrès en termes d’employabilité des jeunes et d’adéquation entre formation et marché de l’emploi sont possibles, plusieurs facteurs peuvent expliquer ce taux d’emploi de la population de 15 à 24 ans plus faible en Ile-de-France. Le profil des Franciliens constitue une première raison ; en effet, ils font des études plus longues et entrent plus tardivement dans la vie active, ce qui tire le taux d’emploi des jeunes vers le bas. Par ailleurs, les grandes écoles, universités, etc. présentes en Ile-de-France attirent des étudiants de province, ce qui contribue, mathématiquement, à diminuer le taux d’emploi de la population des jeunes présents en Ile-de-France (l’Ile-de-France comptait 787 175 étudiants en 2021-2022).

Le taux d’emploi des jeunes en Ile-de-France inférieur à celui de 10 autres régions françaises

Si le taux d’emploi des jeunes est historiquement inférieur en Ile-de-France à celui observé au niveau national, il est surtout nettement inférieur à celui de la plupart des autres régions françaises.

En 2022, le taux d’emploi des jeunes Franciliens faisait partie des quatre taux régionaux inférieurs à la moyenne nationale : 33,9 % dans les Hauts-de-France, 30,0 % en Ile-de-France, 28,8 % en Provence-Alpes-Côte d'Azur et 19,8 % en Corse.

En Ile-de-France, le taux de chômage des jeunes est 2,5 fois supérieur à celui des seniors

En Ile-de-France, le taux de chômage des jeunes s’est élevé à 17,3 % en 2022. Ainsi, il s’avérait certes inférieur aux 23,1 % atteints en 2015 mais dépassait ses niveaux du début des années 2000 (14,1 % en 2001).

Le taux de chômage des Franciliens de 15 à 24 ans est aussi historiquement très supérieur à celui des seniors (i.e. les 55-64 ans ; 6,7 % en 2022) et à celui de la génération qui les précède sur le marché du travail (i.e. les 25-34 ans ; 8,5 % en 2022).

Texte

Le taux de chômage des jeunes Franciliens au niveau de la moyenne nationale en 2022

Il est à noter que, en 2022, le taux de chômage des jeunes Franciliens se trouvait tout juste au niveau de la moyenne nationale.

Comparativement aux autres régions métropolitaines, le taux de chômage des 15-24 ans en Ile-de-France dépassait, en 2022, d’environ 3,0 points celui observé dans les Pays de la Loire (13,9 %) et celui des régions Grand Est et Centre-Val de Loire (14,4 %) mais était inférieur de plus de 2,0 points à ceux relevés dans les Hauts-de-France (19,6 %) et en Normandie (19,9 %).

De nombreuses initiatives en Europe pour augmenter l’employabilité des jeunes et pour lutter contre le chômage de cette tranche d’âge

Depuis le début des années 2000, les jeunes Européens bénéficient de dispositifs d’aide à l’emploi, que ce soit en termes de politiques d’accompagnement, de lutte contre l'abandon précoce des études, d’orientation, de promotion de l’apprentissage, d’incitation fiscale à l’embauche auprès des entreprises, etc.

Des taux d’emploi des jeunes très hétérogènes entre les grandes régions européennes du nord et du sud de l’Europe

Si le taux d’emploi de la population francilienne de 15 à 24 ans est en retrait par rapport à celui d’autres régions françaises, il l’est aussi comparativement à celui d’autres grandes régions européennes.

Entre 2000 et 2022, on distingue deux groupes de régions : les grandes régions du sud de l’Europe, dans lesquelles le taux d’emploi des jeunes s’est replié, et celles du nord de l’Europe, dans lesquelles il a été stable ou a augmenté ; l’Ile-de-France (+ 4,0 points) intègre le groupe des régions du nord de l’Europe, dans une position médiane entre la Bavière (seulement + 0,8 point) et le Land de Berlin (+ 6,6 points). Néanmoins, le taux francilien restait très éloigné de ceux observés dans les deux Lander allemands et dans la région d’Amsterdam.

Toutefois, il est à noter que l’Ile-de-France affichait en 2022 un taux d’emploi des 15-24 ans plus favorable aux femmes qu’aux hommes de la même tranche d’âge (respectivement 31,5 % et 28,5 %).

Le taux de chômage des jeunes Franciliens est seulement inférieur à celui des régions espagnoles

Au plan continental, les écarts sont également très conséquents d’une grande région européenne à une autre en matière de taux de chômage des jeunes. Ainsi, le taux de chômage des 15-24 ans était compris, en 2022, entre 4,2 % en Bavière et 29,4 % dans la région de Madrid. Au milieu de ce large spectre, le taux de chômage des 15-24 ans en Ile-de-France est seulement inférieur à celui des régions espagnoles.

 

Mickaël LE PRIOL

Février 2024

Partager