Enquêtes

20 jours après la réouverture des commerces franciliens, une activité en demi-teinte

visuel-enquete-BradPict-AdobeStock-31185-1920x510.jpg visuel-enquete-BradPict-AdobeStock-31185-414x490.jpg

A l’heure d’une nouvelle étape de réouverture pour les cafés et restaurants (en intérieur avec jauge et à 100% en extérieur) et de conditions allégées pour les commerçants (nouvelle jauge de 4m2 par client) ainsi qu’un couvre-feu reculé à 23h pour tous, la CCI Paris Ile-de-France a pris le pouls de ces acteurs de l’économie francilienne à travers deux enquêtes

Des commerçants « non-essentiels » en difficulté malgré la réouverture et leur adaptation pendant les confinements

Pendant le 3ème confinement, 70% des commerces « non essentiels » ayant subi une fermeture administrative ont décidé de mettre en place ou de faire perdurer leurs solutions de commande en ligne ou de click & collect. Seuls 20% d’entre eux sont satisfaits des résultats issus de ces dispositifs, du fait principalement d’un manque de visibilité et, donc, de clients. Le déploiement du télétravail dans les entreprises a également été un facteur important de perte d’activité, surtout pour les commerces situés dans les quartiers d’affaires.
Au total, 71% des commerçants interrogés ont perdu au moins 50% de leur chiffre d’affaires lors du 3ème confinement.

Dès le 19 mai, 98% des commerces « non essentiels » ont rouvert, mais seulement 43% d’entre eux jugent satisfaisant le chiffre d’affaires réalisé depuis cette date. Une fréquentation encore faible, ainsi que l’absence  prolongée des touristes étrangers, contribuent à ce constat.

Malgré la perspective des soldes à la fin du mois et la tenue des promotions et ventes privées pour réduire leurs stocks et retrouver une activité plus conséquente, 52% des commerçants interrogés restent pessimistes pour les mois à venir. Certains redoutent l’impact des variants sur l’activité, d’autres craignent que les aides mises en place par l’Etat prennent fin prochainement alors qu’elles leur permettent de tenir. Enfin, le changement des habitudes de consommation est maintenant acté, les commerçants redoutent le non-retour massif en magasin des clients.

Une majorité de cafés et restaurants expriment de l’inquiétude pour les prochains mois

52% des cafés et restaurants franciliens sont restés ouverts avec une activité réduite (click and collect, livraison…) au cours du 3ème confinement. Parmi les dispositifs déployés en urgence pour maintenir autant que possible un chiffre d’affaires, 46% des établissements ont continué le « click and collect » après la réouverture (+29 points par rapport à la période avant la crise sanitaire), 36% ont mis en place un système de commande en ligne et de livraison qu’ils gèrent eux-mêmes (+17 points par rapport à la période avant la crise) et 30% passent par une plateforme pour leurs commandes et livraisons. Plus de la moitié des établissements ne sont pas satisfaits des résultats de cette activité qui ne leur a pas permis de maintenir leur clientèle habituelle.
Au total, 87% des établissements ont perdu au moins 50% de leur chiffre d’affaires pendant cette période.

Depuis le début de la crise sanitaire, la généralisation du télétravail pour un grand nombre de salariés a eu un impact jugé négatif ou très négatif pour 95% des établissements situés dans des quartiers d’affaires et pour 70% des établissements hors quartiers de bureaux.

Dès le 19 mai, 65% des établissements ont rouvert. Les autres ne disposaient pas d’une terrasse ou estimaient qu’une ouverture en terrasse seulement ne serait pas rentable. Mais 69% des établissements ayant rouvert jugent leur chiffre d’affaires peu ou pas satisfaisant, la quasi-totalité ayant retrouvé moins de la moitié de leur fréquentation d’avant la pandémie.

Concernant l’avenir, les chefs d’établissement interrogés sont partagés quant aux perspectives de reprise (dont 13% très pessimistes) à cause du manque de visibilité sur la fin de la pandémie, d’une saison estivale qui s’annonce difficile en raison de l’absence totale ou partielle des touristes et du maintien du télétravail et d’un fort endettement. 48% des répondants se disent malgré tout optimistes, comptant sur le retour des Franciliens longtemps privés de moments de convivialité offerts par les cafés et restaurants de leur région.

* 300 commerçants franciliens (habillement, chaussures, meubles, décoration, articles de sport, maroquinerie, articles de voyage) ont répondu par mail à l’enquête de l'Observatoire économique régional (CROCIS) de la CCI Paris Ile-de-France « Réouverture des commerces ‘’non essentiels’’ » entre le 1er et le 4 juin 2021.
* 523 dirigeants de cafés et restaurants franciliens ont répondu par mail à l’enquête « Réouverture des cafés et restaurants » entre le 1er et le 4 juin 2021.

Les 2 enquêtes détaillées sont téléchargeables : 
Réouverture des commerces « non essentiels » 
Réouverture des cafés et restaurants

Contact

Pauline Launay

Attachée de presse

Retour en haut du site