Réouverture des commerces « non essentiels »

Enquête CCI Paris Ile-de-France

Témoignage commerce vêtement desktop Témoignage commerce vêtement mobile

Méthodologie

Enquête organisée par mail auprès des commerçants franciliens entre le 1er et le 4 juin 2021 par la CCI Paris Ile-de-France (300 réponses enregistrées). Seuls les commerces dits « non essentiels » ont été interrogés : habillement, chaussures, meubles, décoration, articles de sport, maroquinerie, articles de voyage.

85% des commerçants interrogés sont des indépendants et 75% des petites structures (moins de deux salariés).

Des difficultés évidentes

71% des commerçants interrogés ont perdu au moins 50% de leur CA lors du 3ème confinement et 21% ont même déclaré la perte totale de leur chiffre d’affaires.

Le déploiement du télétravail dans les entreprises a été un facteur important de perte d’activité, surtout pour les commerces situés dans les quartiers d’affaires, du fait de la baisse voire l’arrêt des flux de clients.

Pour faire face à ces difficultés, le PGE et le Fonds de Solidarité, qu’ils ont obtenu sans trop de problème, ont été massivement demandés par les commerçants (par respectivement 66% et 83% d’entre eux). Ils ont également eu recours au chômage partiel (84% d’entre eux), mais ont procédé à peu de licenciements (seulement 4%).

Les commerçants se sont adaptés

Pour ceux qui ont pu rester ouverts durant la période de confinement, les dispositifs de commande en ligne ou de click & collect se sont fortement développés. En effet, 35% des commerçants avaient déployé ces dispositifs avant crise ; ce taux est monté à 70% pendant la période de confinement, et perdure depuis la réouverture des commerces.

Néanmoins, seuls 20% des commerçants sont satisfaits des résultats issus de ces dispositifs, du fait principalement de l’absence de clients.

Une réouverture totale des commerces mais…

98% des commerces dits « non essentiels » ont rouvert dès le 19 mai, mais seulement 43% d’entre eux jugent satisfaisant le chiffre d’affaires réalisé depuis lors. La fréquentation encore insuffisante, ainsi que l’absence préjudiciable et prolongée des touristes étrangers, contribuent à ce constat.

L’accumulation des stocks depuis le début de la crise sanitaire (72% des commerçants déclarent des stocks élevés) ne se dément pas et accroit leurs difficultés.

Quel avenir pour les commerçants ?

Les soldes, décalées d’une semaine par le législateur et qui débuteront le 30 juin, ainsi que la tenue des promotions et ventes privées, devraient permettre aux commerçants dits « non essentiels » de réduire leurs stocks et retrouver une activité conséquente.

Toutefois, 52% d’entre eux restent pessimistes pour les mois à venir car, malgré le déploiement du vaccin, certains redoutent l’impact des variants sur l’activité. D’autres craignent que les aides mises en place par l’Etat prennent fin prochainement, et c’est « cela qui nous permettait de tenir jusque-là » confirme ce commerçant parisien de l’habillement. Enfin, le changement des habitudes de consommation est maintenant acté, ce qui ne plaide pas pour un retour en magasin des clients.

Retour en haut du site