Réouverture des cafés et restaurants

Enquête CCI Paris Ile-de-France

Restaurants - Aide Terrasses - Desktop Restaurants - Aide Terrasses - Mobile

Méthodologie

Enquête réalisée par mail entre le 1er et le 4 juin 2021 auprès des dirigeants de cafés et restaurants franciliens. 523 réponses ont été analysées, dont 91% émanaient d’entrepreneurs indépendants.

Une perte considérable de chiffre d’affaires

La fermeture administrative des établissements a fortement affecté les revenus des cafés et restaurants franciliens : entre octobre 2020 et mai 2021, 87% des établissements ont perdu au moins 50% de leur chiffre d’affaires ; 28 % ont perdu la totalité de leur chiffre d’affaires.

Un très fort impact négatif de la généralisation du télétravail

La généralisation du télétravail pour un grand nombre de salariés a eu un impact jugé négatif ou très négatif pour 95% des établissements situés dans des quartiers d’affaires (71% très négatif). Même pour les établissements hors quartiers de bureaux, le télétravail a grandement affecté l’activité : 70% des chefs établissements jugent son impact négatif ou très négatif.

Plus d’un établissement sur deux a tenté de maintenir une activité

Pendant le confinement, 52% des établissements sont restés ouverts avec une activité réduite (click and collect, livraison, …), tandis que 4 établissements sur 10 étaient fermés en totalité (41%).

Les établissements ont déployé en urgence des dispositifs afin de leur permettre de maintenir autant que possible un chiffre d’affaires malgré la fermeture : 46% disposent désormais d’un système de
« click and collect » (+29 points par rapport à la période avant la crise sanitaire), 36% ont mis en place un système de commande en ligne et de livraison qu’ils gèrent eux-mêmes (+17 points par rapport à la période avant la crise), 30% des établissements passent par une plateforme de type Deliveroo ou Uber Eats pour leurs commandes et livraisons. Mais cette activité n’a pas eu de résultats satisfaisants pour 58% des établissements, en raison d’un manque de clientèle.

Un recours massif aux aides de l’Etat

Les chefs d’établissement ont massivement eu recours aux aides de l’Etat : 68% ont eu recours au Prêt Garanti par l’Etat (PGE) et 88% au Fonds de Solidarité. Afin de protéger leurs salariés, 89% des chefs d’établissement ont eu recours au chômage partiel et 88% n’ont effectué aucun licenciement.

Une réouverture décevante

65% des établissements ont rouvert le 19 mai ; les autres ne disposaient pas d’une terrasse ou estimaient qu’une ouverture en terrasse seulement ne serait pas rentable. Mais 69% des établissements ayant rouvert jugent peu ou pas satisfaisant leur CA depuis la réouverture. En effet, 63% des établissements ont retrouvé  moins de la moitié de leur fréquentation d’avant la pandémie.

Des chefs d’établissements partagés sur l’avenir

Concernant l’avenir, 51% des chefs d’établissement interrogés se disent pessimistes pour les mois à venir (dont 13% très pessimistes) : le manque de visibilité sur la sortie de la pandémie, la perspective d’une saison estivale sans touristes, un fort endettement et un doute sur le retour des clients en raison du développement du télétravail en sont les raisons principales. Toutefois, 48% des chefs d’établissement se disent malgré tout optimistes, comptant sur le retour dans les établissements des Franciliens longtemps privés des moments de convivialité offerts par les cafés et restaurants de leur région.

Retour en haut du site