Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

L'année vue par...

RAPPORT D'ACTIVITÉ 2021

Header couverture RA Header couverture RA

Encore marquée par les conséquences de la crise sanitaire, 2021 s'est affirmée comme l'année de la relance économique et de la poursuite de la transformation de la CCI Paris Ile-de-France

Entretien avec Dominique Restino, président de la CCI Paris Ile-de-France et Stéphane Fratacci, directeur général


2021 a été, de nouveau, une année particulière, que faut-il en retenir ?

Dominique Restino :

La Chambre de commerce et d’industrie Paris Ile-de-France intègre l’ensemble des besoins des entreprises :

  • Elle forme (au monde de l’entreprise)
  • Elle accompagne les entreprises (à toutes les étapes : de la création au développement, à l’internationalisation, à la reprise…)
  • Elle booste l’activité des entreprises et du tourisme d’affaires (à travers ses salons et congrès)
  • Elle représente les intérêts des entreprises auprès des pouvoirs publics d'Ile-de-
    France

A ce titre, elle est un formidable accélérateur économique de la région capitale, poumon économique de la France. Il était donc logique, dans un contexte de sortie de crise, que nous jouions pleinement notre rôle dans la mise en œuvre du Plan France Relance.

  • La mutation numérique
  • La transition écologique (décarbonation, transition énergétique, filière hydrogène…)
  • La ré-industrialisation
  • Le soutien aux secteurs en difficulté : tourisme, restauration, commerce…
  • L’insertion professionnelle des jeunes

120 conseillers ont sensibilisé près de 60 600 entreprises à ces enjeux, 6 425 d’entre elles ont été accompagnées et 2 270 diagnostics ont été réalisés. En matière de transformation numérique, 7200 chèques ont été distribués. Quant à l’international, nous avons dépassé nos objectifs : 500 entreprises accompagnées sur des marchés étrangers, plus de 750 chèques Relance Export accordés et 1 520 prestations commercialisées.

2021, c’est aussi la poursuite de la transformation de la CCI Paris Ile-de-France, pouvez-vous nous en dire plus ?

Stephane Fratacci

Stéphane Fratacci :

Nos écoles ont été regroupées au sein de 6 grandes filières et sont devenues des filiales sous le statut d'établissement d'enseignement supérieur consulaire (EESC). Les fonctions support ont été rassemblées au sein d'un GIE. Toutes ces entités composent désormais la « Nouvelle CCI ». Un Groupe qui a été créé pour s'adapter à la nouvelle donne issue de la loi Pacte et qui tient compte de la forte réduction de nos ressources publiques.

Notre groupe éducatif rassemble des écoles qui constituent des fleurons. Des écoles de renom international pour certaines d'entre elles, que ce soit nos Grandes Écoles de commerce (HEC, ESSEC, ESCP) ; une grande école de la Gastronomie (FERRANDI) ; côté animation, une grande école de cinéma et d'animation (Gobelins) ; enfin sur le secteur de la Mode et du Luxe : ISIPCA et La Fabrique.

Il nous importait donc de pérenniser cet ensemble, mais aussi et surtout, de lui donner les moyens de se développer, de rester compétitif avec un objectif d'équilibre et de résultats dans un contexte fortement concurrentiel. Cela sans perdre de vue notre objectif : permettre à chacun, jeune mais aussi salarié, de profiter d’une formation qui privilégie la qualité des enseignements, dans un esprit de recherche d’excellence et d'insertion professionnelle.

Ce changement de structure juridique a également pour but de permettre à des entreprises désireuses d’investir dans la formation et partageant nos valeurs de soutenir financièrement les écoles qui forment leurs collaborateurs de demain.

Cette transformation a - t - elle eu des conséquences sur les outils et les process ?

Stéphane Fratacci :

Bien sûr ! Nos outils et process ont dû être adaptés pour permettre à chaque entité de réaliser ses opérations financières : paiement des fournisseurs, facturation et encaissement des élèves et des OPCO, réalisation des opérations de gestion... On est passé d’un mode de gestion mono-entreprise à un mode multi-sociétés.

C’est un vaste chantier de dématérialisation et d’optimisation de notre système d’information et des processus de gestion qui a ainsi été initialisé. Il doit permettre de répondre à la fois à l’évolution attendue de nos règles et de nos outils, aux demandes des différentes parties prenantes (fournisseurs, élèves notamment) mais aussi à l'alignement nécessaire sur les meilleures pratiques de la concurrence. L’enjeu est la qualité de nos services et l’efficience de notre organisation.

RSE, raison d’être, égalité des chances, data… la CCI Paris Ile-de-France est - elle en phase avec les enjeux d’aujourd’hui et de demain ?

Dominique Restino :

Composée de 98 élus chefs d'entreprises avec un statut d'établissement public des missions d'enseignement, d'accompagnement et de représentation des entreprises, de mise à disposition d'infrastructures de congrès et salons, la CCI Paris Ile-de- France est tournée vers l'intérêt général.

Elle est en quelque sorte nativement « responsable » et porte la RSE dans son ADN, c’est même consubstantiel à la mission des chambres de commerce et d’industrie.

De surcroît, les domaines de la formation, de l’information, du mentorat, du soutien aux entreprises que nous opérons se fondent sur des valeurs de proximité, de pédagogie, d’empathie.

RSE

La révolution digitale et la nouvelle exigence de transition écologique qui s’imposent à de nouveaux modèles économiques nécessitent en réalité de plus en plus d’accompagnement compte tenu du niveau de complexité qu’elles entraînent. Si les entreprises doivent être « zéro carbone » en 2030, il devient impératif de les aider dans cette transformation, très concrète et à forts enjeux, dans laquelle nous nous devons d’être engagés. C'est sur ces objectifs que nous nous sommes concentrés en 2021.

Concrètement quelles ont été les actions mises en œuvre ?

Stéphane Fratacci :

La CCI Paris Ile-de-France a développé pour l’ensemble de ses collaborateurs un programme de formation et de sensibilisation à la RSE de janvier à mars 2021.

Les premières actions et réalisations se déploient et se poursuivent dans des domaines différents.

Sur le plan interne, une plateforme de soutien aux associations a été déployée, elle permettra en 2022 :

  • le don d’argent qui se manifeste par l’arrondi sur salaire ou un montant au choix des collaborateurs (de 1 à 3 €)
  • le don de temps qui peut prendre la forme de mécénat de compétences, de congés de solidarité (monétisés au profit d’une association) ou de journées solidaires.

Un accord intergénérationnel a, d’autre part, été mis en place afin notamment de :

  • mieux intégrer les nouveaux embauchés
  • faciliter le développement des compétences et l’accès à la formation
  • lever les freins d’évolution de carrière
  • lutter contre les discriminations liées à l'âge, aménager les fins de carrières et faciliter la transition entre activité et retraite.

Notre groupe éducatif, quant à lui, s’est engagé dans une démarche de raison d’être qui a mobilisé l’ensemble des parties prenantes : élus, collaborateurs, enseignants et étudiants.Nous sommes fiers de celle-ci : « Faire grandir tous les talents, tout au long de la vie et s'engager ensemble pour contribuer au développement responsable des entreprises et des territoires ». Enfin, nos écoles ont poursuivi la mise en œuvre de différentes politiques en matière d'égalité des chances, d'ouverture sociale, de diversité et parité hommes/ femmes, d'accueil de personnes en situation de handicap...

2021 ouvre aussi une nouvelle mandature. Vous étiez déjà au cœur du réacteur en tant que Président de la CCI Paris et vice-président de la CCI Paris Ile-de-France, quels sont les enjeux que vous avez identifiés et les défis que vous comptez relever ?

Dominique Restino :

Les enjeux se déclinent selon 3 axes correspondant aux principales missions de la Chambre : l’appui aux entreprises, l’enseignement et la filière Congrès & Salons.

Concernant l’accompagnement des entreprises, nous souhaitons :

- renforcer notre ancrage territorial dans tous les départements de l’Ile-de-France

- préserver et développer nos pôles d’expertise notamment en renforçant certaines orientations et en accompagnant les mutations actuelles : numérique, transition écologique, RSE

- renouveler notre esprit pionnier.

En matière d’enseignement, nous voulons développer notre offre de formation en renforçant notre différence, en lien avec les attentes des entreprises et des jeunes générations.

Pour la filière Congrès & Salons, le contexte post-pandémie nous engage à relever de nouveaux défis. L'activité repart fort ; il appartient à nos filiales Comexposium et VIPARIS de capitaliser sur l'envie des entrepreneurs de revenir sur les salons. Les expériences digitales n'ont certes pas remplacé les rencontres physiques mais elles peuvent les compléter et enrichir dans un nouveau modèle.

Par ailleurs, nous poursuivons avec l'appui d'aides gouvernementales notre soutien aux PME qui n'auraient pas encore participé à des salons afin qu'elles en prennent le chemin et trouvent ainsi de nouveaux débouchés.

Des enjeux forts, des défis à relever, mais je ne doute pas que les élus et les collaborateurs de la CCI Paris Ile-de-France sauront être à la hauteur !

Partager