Flash de conjoncture

Eléments de conjoncture francilienne dernières données disponibles, au 24 novembre 2021

flash de conjoncture flash de conjoncture

L’épidémie de Covid-19 a provoqué un coup de frein d’une ampleur inédite en 2020 et le redémarrage est toujours poussif en 2021. Ainsi, l’économie francilienne a perdu quelque 110 000 emplois salariés privés en 2020, le trafic de Paris Aéroport a subi des baisses de plus de 90 % au printemps 2020 et le trafic d’avril 2021 n’a représenté que 13,9 % de celui du mois d'avril 2019, les commercialisations de bureaux sont au plus bas depuis le début des années 2000, etc.

Créations d’entreprises 

+ 40,1 % par rapport au même trimestre de 2020.

Défaillances d’entreprises

Au deuxième trimestre 2021, le nombre de défaillances d'entreprises a augmenté de 38,5 % par rapport au deuxième trimestre 2020 (période du premier confinement national).

Taux de chômage

Le taux de chômage francilien s’est d’abord réduit au quatrième trimestre 2020 avant de se stabiliser au premier trimestre 2021.

Le taux de chômage francilien n’est inférieur que de 0,1 point au taux national.

Emploi salarié privé

L’économie francilienne a perdu plus de 120 000 emplois privés en 2020.

Immobilier d’entreprises

La demande placée de bureaux en Ile-de-France a certes crû de 65,9 % par rapport au troisième trimestre 2020 mais est restée en retrait de 30,7 % par rapport à l’été 2019.

Fréquentation hôtelière

Le nombre de nuitées hôtelières en Ile-de-France a diminué de 77,1 % au deuxième trimestre 2021 par rapport au deuxième trimestre 2019.

Trafic passagers de Paris Aéroport

En octobre, le trafic passagers de Paris Aéroport a représenté 55,9 % de celui d'octobre 2019.

[ Dernières informations concernant la France ]

Après avoir chuté de 5,9 % au premier trimestre 2020, puis de 13,2 % au suivant, le PIB français a rebondi de 18,5 % au troisième trimestre avant de diminuer de 1,5 % au dernier trimestre de l’année, sur fond de deuxième confinement, puis de 0,1 % au premier trimestre 2021.

Dans ce contexte, le taux de chômage s’est élevé à 8,9 % en France métropolitaine au troisième trimestre avant de retomber à 7,7 % au quatrième trimestre 2020 ; plus récemment, le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité (catégorie A) en  France métropolitaine s’est montré très hésitant début 2021 en alternant baisses et hausses, avant d’amorcer un mouvement de repli marqué en mai (- 3,7 %) et en juin (- 2,1 %) : en tout état de cause, il reste très conséquent (3,42 millions Rédacteur en juin 2021)

Auteur :  Mickaël LE PRIOL

novembre 2021

 

Retour en haut du site