Près de 60 % des entreprises franciliennes sont toujours actives 5 ans après leur création

Enjeux 231 - Mars 2022

creation d'entreprise creation d'entreprise

En Ile-de-France, 59,1 % des entreprises, hors auto-entrepreneurs, sont toujours actives 5 ans après leur création. Le diplôme du créateur, sa situation professionnelle antérieure ainsi que les moyens financiers dont dispose l’entreprise à sa création sont des facteurs de pérennité. Les entreprises pérennes sont créatrices d’emplois et font mieux que compenser les pertes d’emplois (salariés et non-salariés) liées à la disparition des 40,9 % d’entreprises non pérennes.

infographie

 

Des créateurs plus diplômés en Ile-de-France

En Ile-de-France, 62,9 % des entreprises créées ont une activité identique au métier principal du créateur, c’est-à-dire que la majorité des entrepreneurs a choisi de créer une entreprise dans le domaine qu’ils connaissaient déjà. Les créateurs d’entreprises franciliens sont plus diplômés que l’ensemble des créateurs français : 57,0 % ont un diplôme de l’enseignement supérieur contre 46,4 % pour l’ensemble du pays, la part des créateurs anciennement cadres est plus importante en Ile-de-France (43,1 %) qu’en France (30,7 %). 

L’objectif principal des créateurs franciliens, au moment du lancement de leur activité, était d’assurer leur propre emploi (pour 60,0 % d’entre eux), puis de développer fortement leur entreprise en termes d’emploi (25,1 %). Parmi les motivations ayant incité les entrepreneurs à créer leur entreprise, la principale est la volonté d’être indépendant (55,0 %), suivie du goût d’entreprendre ou le désir d’affronter de nouveaux défis (40,2 %).

5 ans après leur création 59,1 % des entreprises franciliennes sont pérennes

La pérennité d’une entreprise croît avec l’âge du créateur, démontrant que plus le dirigeant est âgé, plus l’entreprise a de chances de survivre : ce taux est de 54,5 % pour les moins de 30 ans, 56,4 % pour les 30-39 ans, 62,1 % pour les dirigeants âgés de 40 à 49 ans et 62,9 % pour les dirigeants de 50 ans ou plus. 

La catégorie socio-professionelle du créateur avant la naissance de l’entreprise a aussi une forte influence sur la pérennité de celle-ci : si le taux de pérennité des cadres (60,6 %) ou des employés (58,3 %) est proche de la moyenne (59,1 %), on observe un écart en faveur des professions intermédiaires (72,4 %) et en défaveur des ouvriers (49,2 %). 

La situation du dirigeant avant la création influe également sur la survie de l’entreprise : les indépendants et les chefs d’entreprises sont ceux qui ont la probabilité de survie la plus élevée pour leur (nouvelle) entreprise (60,0 %). 

La pérennité d’une entreprise à 5 ans est liée au niveau du diplôme le plus élevé que possède le créateur : elle varie de 55,4 % pour les entreprises dont le créateur n’a pas de diplôme qualifiant à 62,2 % pour les entreprises dont le créateur est diplômé du 2e ou 3e cycle. 

Les moyens financiers au moment de la création sont un facteur déterminant de la pérennité : plus le projet démarre avec des moyens importants, plus la pérennité est élevée.

Un nombre d’emplois stable qui cache d’importantes disparités

L’évolution du nombre d’emplois salariés est la différence entre les emplois salariés créés dans les entreprises pérennes (+ 28 530) et les emplois salariés qui ont disparu en même temps que l’entreprise (- 12 490). 

Globalement, le nombre d’emplois a progressé : + 3,2 % en 5 ans. Mais derrière ce constat se cache de fortes disparités entre l’emploi des dirigeants d’entreprises et l’emploi salarié : près de 14 088 emplois de dirigeants ont disparu en 5 ans du fait de l’arrêt de l’activité de l’entreprise. Mais 16 040 nouveaux emplois ont vu le jour sur la même période, ce qui explique le solde positif de l'emploi total. 

Seulement 30,3 % des auto-entrepreneurs sont pérennes 5 ans après leur création

Au moment de leur création, seuls 61,7 % des auto-entrepreneurs franciliens étaient actifs. 

Parmi les auto-entrepreneurs qui ont démarré leur activité, seulement 30,3 % sont pérennes 5 ans après leur démarrage (contre 59,1 % pour les entreprises hors auto-entrepreneurs). 


Auteur : Yves BURFIN
Mars 2022
 

Partager