Soldes d’hiver 2022 - Les commerçants parisiens désemparés  face à une forte baisse de la fréquentation

Soldes hiver 2021 : des commerces parisiens sinistrés Soldes hiver 2021 : des commerces parisiens sinistrés

Après un début de saison réussi et des fêtes de fin d’année satisfaisantes, les commerçants ont dû faire face aux conséquences de la reprise de l’épidémie : la généralisation du télétravail dès début janvier a fortement affecté la fréquentation des commerces pendant la période des soldes, alors que l’absence des touristes et les tensions sur le pouvoir d’achat pèsent sur l’activité commerciale.

soldes

Cette saison, 78 % des commerçants ne sont pas satisfaits du résultat des soldes : en effet, pour 40 % d’entre eux, les soldes n’ont pas généré de chiffre d’affaires supplémentaire par rapport à un mois normal. Pour 59 % d’entre eux, le chiffre d’affaires a augmenté, au mieux, de 10 % seulement ; pour 53 % des commerçants, le résultat des soldes de cet hiver est inférieur à l’hiver dernier, pourtant déjà peu satisfaisant car à l’époque les commerces devaient fermer plus tôt en raison du couvre-feu.

Pour 85 % des commerçants interrogés, la crise sanitaire a eu des répercussions «  importantes ou très importantes » sur leur activité pendant les soldes. Plus de la moitié des commerçants (51 %) avaient pourtant pratiqué de fortes démarques : - 50 %, dès le début des soldes. Mais les gros rabais n’ont pas fait revenir la clientèle dans les boutiques.

En cause : une baisse très importante de la fréquentation, que les commerçants attribuent en grande partie à la généralisation du télétravail. La saison avait pourtant bien démarré : 60 % des commerçants se disent satisfaits de leurs ventes entre début septembre et fin novembre. La période des fêtes de Noël, traditionnellement l’occasion de pics de consommation, a été satisfaisante pour 51 % des commerçants.  

graph soldes

58 % des commerçants jugent que leur activité n’a pas été satisfaisante pour l’ensemble de l’année 2021. 91 % jugent que la crise sanitaire a eu sur leur activité de l’année des répercussions importantes ou très importantes. Pour 76 % des commerçants interrogés, le chiffre d’affaires 2021 est inférieur à celui de 2019, dernière année avant la crise sanitaire.

71 % des commerçants interrogés pensent que les clients qui achetaient dans les magasins préfèrent désormais commander via internet. La peur du virus, le travail à domicile, les sollicitations régulières par e-mail, tout concourt à favoriser le e-commerce, et cette évolution sera très certainement durable. L’absence de touristes affecte beaucoup les commerces. Les difficultés de pouvoir d’achat jouent également un rôle important, selon les commerçants : Quand on leur demande quelle aide leur serait le plus utile, 35 % des commerçants évoquent une baisse de loyer, ou une aide au paiement de leur loyer.

En effet, malgré la crise sanitaire et la baisse de la fréquentation, les loyers restent très élevés dans les rues commerçantes, ce qui explique que de nombreux commerces restent vacants. Malgré toutes les difficultés évoquées, 72 % des commerçants interrogés se déclarent optimistes pour la saison prochaine. 

 

Auteur : Bénédicte GUALBERT

Février 2022

Partager