Paris, capitale de la mode, entraîne dans son sillage toute la filière Création-Mode-Design d’Ile-de-France

Cahier du Crocis n° 43 - mai 2022

Création-Mode-Design cahier-mode-design-responsive

La métropole francilienne est un milieu favorable à l’innovation et à la création : celle-ci crée par capillarité un effet de levier sur tout un écosystème qui voit se côtoyer des groupes de luxe de dimension mondiale, des TPE ou PME, et des artisans d’art au savoir-faire exceptionnel.  (résumé de l'étude le document complet est à télécharger en bas)

Des établissements principalement concentrés dans la capitale

La filière création mode design représente 48 000 établissements en IDF (Insee, Sirène, 2020). Elle comprend les activités de design, d’équipement de la personne et d’équipement de la maison dont : 19 775 agences de design, 25 351 établissements du secteur Equipement de la personne dont 11 821 commerces de gros,  2 892 établissements du secteur Equipement de la maison dont 1 214 commerces de gros. 

Les établissements franciliens représentent 35 % du total national de la filière. Avec 25 758 établissements, Paris représente 54 % des établissements de la filière, loin devant les autres départements. Les deux autres zones d’implantation privilégiées des établissements sont la Seine-Saint‑Denis (6 484 établissements, 13 % du total francilien) et les Hauts-de-Seine (4 474 établissements, 9 % du total).

77 000 salariés dans la filière en Ile-de-France

La filière Création Mode Design emploie 77 296 salariés en Ile-de-France en 2020 (Acoss, 2020). Dans la région, les effectifs salariés sont les plus nombreux dans les activités suivantes : fabrication de parfums et de produits pour la toilette (15 400 salariés), le commerce de gros de parfums et produits de beauté (13 600 salariés), le commerce de gros d’habillement et de chaussures (12 400 salariés), la fabrication de vêtements de dessus (7  800) et les activités de design (7 500).  Les effectifs franciliens représentent 11 % des effectifs français de la filière. 

Les groupes français au sommet du luxe mondial

Dans le secteur français du luxe quelques très grands groupes concentrent l’essentiel des parts de marché, et de très nombreuses petites entreprises se disputent une petite part du marché. Sur le marché mondial des articles personnels de luxe (mode, maroquinerie, accessoires, bijoux, parfums,…), les groupes français occupent une place de choix : LVMH (Paris 8ème) est  le numero 1 mondial du luxe, Kering (Paris 7ème) est numéro 3, L’Oreal luxe (Lancôme, Saint-Laurent) est numéro 5, Chanel (Paris 1er) est numéro 6, Hermès (Paris 8ème) numéro 7 (classement Deloitte selon le chiffre d’affaires  2020). Près d’un tiers (28 %) des ventes de produits de luxe dans le monde a été réalisé par des groupes français en 2019 selon Deloitte.

La pandémie de 2020 a fragilisé les petites structures

La crise sanitaire mondiale de 2020 et 2021 a eu sur tout l’écosystème de la création un impact considérable. Le PIB mondial a reculé de plus de 3 % en 2020, les usines et les ateliers ont dû stopper ou fortement restreindre leur production, les boutiques ont dû fermer en raison des confinements, le tourisme mondial s’est trouvé à l’arrêt. Les ventes mondiales d’articles de luxe ont chuté de 22 % en valeur en 2020.

Cette crise a fragilisé de nombreux acteurs de la filière : si les grands groupes ont pu limiter les pertes en menant une politique de réduction des coûts, d’autres sociétés n’ont pas survécu. Les petites sociétés, en particulier les jeunes créateurs, fournisseurs et sous-traitants ont subi de plein fouet cette crise et se sont trouvés en grande difficulté. Afin de préserver leurs fournisseurs, les grands groupes pourraient à l’avenir encore accélérer l’intégration de ces petites sociétés.

infographie-mode


Auteur : Bénédicte GUALBERT

Mai 2022

 

Partager