Quelle stratégie pour la logistique urbaine francilienne ?

Logistique livraison Logistique livraison

L’organisation de la logistique en Île-de-France n’est pas optimisée, alors que ce secteur est en plein essor. Les entreprises mobiles subissent chaque jour les contraintes de circulation et de stationnement, de foncier et de transition énergétique.

Ce rapport de la CCI Paris Ile-de-France vise à contribuer au nouveau Pacte logistique de la Métropole du Grand Paris ainsi qu’aux politiques d’aménagement et d’aides aux entreprises associées.

La logistique urbaine est en pleine expansion avec le développement du e-commerce et le retour des commerces de proximité, ce qui modifie profondément la logique d’acheminement des marchandises. Or, les professionnels éprouvent des difficultés pour assurer leurs missions : les aires de livraisons sont trop peu nombreuses et impliquent des arrêts toujours plus dangereux. Les règlements de voirie et de stationnement ne sont pas coordonnés. Les entreprises n’ont plus accès à un foncier adapté à leurs besoins en zone dense. Les flottes évoluent vers des véhicules propres, en dépit des freins rencontrés dans les aides et le développement des réseaux d’approvisionnement.

Chiffres-clefs Logistique urbaine

Face à ce constat et à la suite d’une série d’auditions auprès d’une quarantaine d’entreprises et acteurs institutionnels, la CCI Paris Ile-de-France identifie 9 actions à mettre en place autour de 3 grands axes :

Axe 1 - Fluidifier les conditions de circulation et de stationnement pour les professionnels 

Les conditions de circulation dégradées sur le territoire métropolitain, la mauvaise répartition des aires de livraison et les solutions de stationnement inadaptées compliquent le quotidien des professionnels mobiles. Cela perturbe l’organisation des entreprises concernées. Ainsi il apparaît nécessaire de :

  1. mettre en place une carte métropolitaine d’identification des entreprises mobiles donnant droit à un stationnement à un prix adapté
  2. adapter l’offre en aires de livraisons aux besoins réels
  3. étendre les horaires de livraisons plus tôt le matin et plus tard le soir
  4. harmoniser et simplifier les règlements de voirie à l’échelle métropolitaine

Axe 2 - Prendre en compte la logistique dans les politiques d’aménagement 

Les entreprises de logistique ont un besoin croissant de foncier en zone urbaine et d’une bonne intégration en ville des flux qu’elles génèrent. Les collectivités disposent de leviers pour y parvenir. Ainsi, pour les entreprises il est important de

  1. inscrire la logistique au cœur du Schéma de Cohérence Territorial (SCoT) métropolitain
  2. utiliser les leviers du PLUi et les espaces vacants pour répondre aux besoins en entrepôt
  3. organiser les flux à l’échelle du quartier grâce aux plans locaux de déplacements

Axe 3 - Réunir les conditions pour accompagner les entreprises vers les véhicules à faibles émissions 

L’ensemble des professionnels mobiles ont déjà commencé à renouveler leurs véhicules vers des motorisations à basses émissions. Cependant ils rencontrent des freins liés à la difficulté à accéder aux aides publiques destinées à amortir le surcoût lié à l’acquisition de ces véhicules à faibles émissions et aux insuffisances des réseaux d’approvisionnement alternatifs en cours de déploiement. Ils demandent de

  1. créer un guichet unique pour les aides au développement des véhicules à faibles émissions
  2. accompagner l’évolution des stations-services existantes et développer des stations multi-énergies

 

Rapporteur : Michel LAURENT
Expert : Maxime SPECJAK

octobre 2018

    Retour en haut du site