Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Tableaux de bord économique de l'Ile-de-France de 2023

TBE-AVRIL-HEADER TBE-AVRIL-RESPONSIVE
Partager

Les tableaux de bord économique sont téléchargeables au format pdf en bas de page

Le taux de chômage francilien est reparti à la hausse

Au troisième trimestre 2023, l’économie francilienne a confirmé les signes de décélération déjà aperçus au trimestre précédent. Ainsi, déjà limité à moins de 15 000 unités au printemps 2023, le nombre de créations nettes d’emploi salarié privé a tout juste dépassé les 10 000 unités dans la région au cours de l’été ; parallèlement, le taux de chômage francilien est reparti à la hausse (+ 0,3 point en six mois) et a atteint 7,0 %. Parallèlement, le nombre de défaillances d’entreprises dans la région est désormais très proche de ses niveaux d’avant la pandémie de Covid-19 (11 164 au cours des douze derniers mois contre 11 346 en 2019) et le déficit commercial régional est ressorti à 68,1 milliards d’euros d’octobre 2022 à septembre dernier. Autre point de vigilance, alors qu’il avait retrouvé ses niveaux de 2019, le nombre de nuitées hôtelières dans la région s’est réduit de 3,1 % au troisième trimestre 2023 par rapport à son niveau de la même période de 2022.

Conjoncture française

Après avoir retrouvé de l’élan au deuxième trimestre 2022 (+ 0,6 %), le PIB hexagonal a de nouveau marqué le pas au troisième trimestre 2023 (- 0,1 %) ; en effet, si la contribution de la demande intérieure a été positive, celle du commerce extérieur a été négative. Ainsi, après les neuf premiers mois de 2023, l’acquis de croissance en France atteignait + 0,8 %. Parallèlement, la progression de l’emploi salarié privé est restée modeste au cours de l’été dernier au plan national (+ 0,1 % sur un trimestre au troisième trimestre 2023, après déjà + 0,1 % au trimestre précédent) ; le taux de chômage a quant à lui augmenté de 0,2 point pour atteindre 7,2 % en France métropolitaine et 7,4 % en tenant compte des départements d’outre-mer.

Tendances à court terme

Fin 2023, l’économie francilienne a enregistré des tendances dans la continuité de celles des mois précédents, toujours très contrastées d’un secteur à l’autre. Ainsi, les services marchands, bénéficiant d’une inflation moins élevée et d’un redressement de la demande sont restés dynamiques, l’activité de l’industrie francilienne est restée stable tandis que celle du bâtiment s’est encore repliée ; en effet, ce secteur qui résistait autant que possible grâce à la mise en œuvre de contrats signés bien en amont de la crise du logement neuf et à la bonne tenue des activités de rénovation a été rattrapé par les conséquences des difficultés du secteur immobilier. Plus globalement, les tensions géopolitiques persistantes au Proche-Orient et en mer Rouge maintiennent l’incertitude économique à un niveau élevé et risquent de provoquer de nouvelles tensions sur les approvisionnements.

Janvier 2023

2e trimestre 2023

Le marché de l'emploi francilien montre des signes d'essoufflement

Bien qu’elle résiste au contexte dégradé, l’économie francilienne a montré de nouveaux signes de décélération au deuxième trimestre 2023. Ainsi, le nombre de créations nettes d’emploi salarié privé a tout juste dépassé les 12 000 unités dans la région au printemps dernier ; parallèlement, le taux de chômage francilien est reparti à la hausse (+ 0,1 point, soit 6,7 %). Ce ralentissement sur le marché de l’emploi est venu s’ajouter à un déficit commercial régional qui a certes cessé de se creuser mais n’en est pas moins ressorti à 74,7 milliards d’euros sur les douze derniers mois et un nombre de défaillances d'entreprises dont le volume sur les six premiers mois de 2023 (6 249) a été supérieur de 0,9 % à celui du premier semestre 2019. Malgré tout, le nombre de nuitées hôtelières dans la région et le trafic passagers de Paris Aéroport ont été supérieurs de respectivement 6,4 % et 13,8 % à leur niveau du deuxième trimestre 2022.

Conjoncture française

Après avoir été tout juste stable au premier trimestre 2022, le PIB hexagonal a augmenté de 0,5 % au deuxième trimestre 2023 ; comme au trimestre précédent, la contribution du commerce extérieur a été positive tandis que celle de la demande intérieure est restée négative. Ainsi, après les six premiers mois de 2023, l’acquis de croissance en France s’élevait à + 0,8 %. Toutefois, la progression de l’emploi salarié privé a ralenti au printemps dernier au plan national (+ 0,1 % sur un trimestre au deuxième trimestre 2023, après + 0,4 % au trimestre précédent) ; le taux de chômage est quant à lui seulement resté stable à 6,9 % en France métropolitaine et a même augmenté de 0,1 point en tenant compte des départements d’outre-mer (à 7,2 %).

Tendances à court terme

L’économie francilienne a enregistré des tendances contrastées d’un secteur à l’autre au cours de l’été dernier. Ainsi, l’industrie francilienne a été dynamique au troisième trimestre 2023 et les services marchands ont bénéficié de la levée progressive des différents freins à l’activité (inflation moins élevée) ainsi que d’une fréquentation vigoureuse dans l’hôtellerie-restauration en septembre grâce aux premiers matchs de la coupe du monde de rugby à XV ; à l’inverse, l’activité dans le bâtiment s’est heurtée à plusieurs obstacles (affaiblissement de la demande, pénurie de certaines matières premières, difficultés persistantes de recrutement, etc.), particulièrement dans le gros œuvre. Plus récemment, les nouvelles tensions géopolitiques ont fait augmenter l’incertitude économique et risquent de tirer l’activité globale vers le bas.

Octobre 2023

1er trimestre 2023

Un volume de défaillances désormais équivalent en Ile-de-France à ses niveaux d’avant la pandémie de Covid-19

L’économie francilienne a enregistré des évolutions contrastées au premier trimestre 2023. L’emploi salarié privé a retrouvé du tonus (le nombre de créations nettes en Ile-de-France s’est élevé à près de 29 000 au premier trimestre 2023) tandis que le taux de chômage francilien s’est réduit de 0,2 point (6,6 %) et est désormais comparable aux taux observés fin 2008.

Au plan sectoriel, le nombre de nuitées hôtelières dans la région et le trafic passagers de Paris Aéroport ont été supérieurs de respectivement 37,4 % et 44,6 % à leur niveau du premier trimestre 2022, période certes marquée par la vague du variant Omicron.

Si le déficit commercial francilien a cessé de se creuser, il n’en est pas moins ressorti à 76,8 milliards d’euros sur les douze derniers mois. Enfin, le nombre de défaillances d’entreprises dans la région a augmenté de 39,5 % sur un an début 2023 et le volume sur les trois premiers mois de l’année a été équivalent à celui du premier trimestre 2019 (3 084 contre 3 098).

Conjoncture française

Après avoir été tout juste stable au quatrième trimestre 2022, le PIB hexagonal a légèrement augmenté au premier trimestre 2023 (+ 0,2 %) ; comme au trimestre précédent, la contribution du commerce extérieur a été positive début 2023 tandis que celle de la demande intérieure est restée négative. Ainsi, après les trois premiers mois de 2023, l’acquis de croissance en France ne s’est élevé qu’à + 0,4 %. Parallèlement, la progression de l’emploi salarié privé a été plus soutenue (+ 0,4 % sur un trimestre en France métropolitaine au premier trimestre 2023, après + 0,2 % au trimestre précédent). Néanmoins, le taux de chômage n’a pas fait mieux que rester stable en France métropolitaine au premier trimestre 2023 : à 6,9 %, il n’en est pas moins au plus bas depuis le premier trimestre 2008.

Tendances à court terme

Malgré un mois de mai mitigé, l’économie francilienne a été globalement bien orientée au deuxième trimestre 2023. Les prix des matières premières et des fournitures ont notamment continué à s’assagir, ce qui a bénéficié à l’ensemble des secteurs. L’activité dans l’industrie francilienne a notamment été dynamique au printemps dernier, hormis dans l’agro-alimentaire, freiné par une demande en repli (s’il a commencé à décélérer, l’indice des prix à la consommation a augmenté de 4,5 % sur un an en juin) ; parallèlement, les services marchands franciliens ont continué à progresser, particulièrement dans l’hôtellerie-restauration ; il est à noter toutefois que le secteur des travaux publics a subi un nouveau repli avant l’été.

Juillet 2023

 

Auteur : Mickaël LE PRIOL

Partager