Indicateur d'activité des salons en Île-de-France en 2021

Baromètre 1 Baromètre 2

Année 2021 :
seulement 4 mois d’activité

Aucun salon n’a eu l’autorisation de se tenir en présentiel dans les 21 principaux sites d’exposition et de congrès franciliens entre janvier et mi-juin 2021. Puis est venu le temps de la pause estivale, période habituellement sans manifestations. 

Une fin d’année 2021 encore loin des niveaux de 2019 

Après une reprise d’activité dans des formats réduits en septembre, les salons ont enregistré de meilleurs résultats au 4ème trimestre. Globalement, l’année 2021 affiche des résultats proches de ceux de 2020.

Un impact économique considérable pour 2021 

Le coût économique de la crise sanitaire, déjà important en  2020 pour le secteur, est là encore très conséquent en 2021.
 

Impact éco salons 2021 V7
Source : CCI Paris Île-de-France

 

_______________

 

4e trimestre 2021 :
un net redressement de l’activité

Après une reprise d’activité dans des formats réduits au 3e trimestre, les salons ont enregistré de meilleurs résultats au 4e trimestre. 

Un rebond notable de l’activité pour les salons professionnels 

Tous les indicateurs (fréquentation des visiteurs et exposants, surface nette occupée par les stands) enregistrent les meilleurs résultats depuis janvier 2020 (cf. graphique). L'activité demeure toutefois en retrait par rapport à celle constatée en 2019.

Évolution des indicateurs trimestriels d’activité des salons professionnels franciliens (2019 à 2021)

graph 4T 2021
Source : CCI Paris Île-de-France

 

Si les salons ne sont finalement pas concernés par les jauges mises en place début janvier par le gouvernement, le variant Omicron pourrait affecter la venue des clientèles françaises et européennes de proximité. Cette situation délicate a conduit les organisateurs à reporter à mars ou juin certains salons initialement prévus en janvier.    

3e trimestre 2021 :
une reprise d’activité encourageante

Bonne nouvelle : 51 salons se sont tenus à Paris Île-de-France au 3e trimestre 2021, soit autant qu’au 3e trimestre 2019. Toutefois, ces manifestations se sont déroulées dans des formats réduits. L’activité des salons professionnels a quasiment été divisée par deux.  Les manifestations professionnelles accueillant une forte proportion de clientèle étrangère ont naturellement davantage été impactées. Les salons grand public, pénalisés par un pourcentage d’annulation plus important, ont quant à eux connu une rentrée plus poussive. Enfin, 17 salons ont proposé une formule hybride à leurs clients.

Nous comparons le 3e trimestre 2021 par rapport au 3e trimestre 2019 (cf. méthodologie) qui avait été exceptionnel. Cela peut donner l’impression que l’activité au 3e trimestre 2021 est très basse, alors que le secteur est dans une dynamique de reprise. Le retour à la situation d’avant la crise sanitaire prendra du temps et dépendra notamment du retour de la clientèle étrangère. 

impact éco salons 2021
Source : CCI Paris Ile-de-France
Données actualisées le 15 octobre 2021

 

2e trimestre 2021 :
une reprise de l’activité progressive

Aucun salon francilien n’a eu l’autorisation de se tenir en version « physique » entre avril et mi-juin 2021. Seulement six ont eu lieu dans la seconde quinzaine de juin. Pas moins de 69 ont été annulés au 2ème trimestre 2021. De ce fait, le média salon a connu une chute d’activité de plus de 90 % sur le trimestre. Pour l’ensemble de l’année 2021, 154 salons en présentiel n’ont pas pu se tenir.

1er trimestre 2021 :
une année 2021 aussi sombre que 2020 ?

Aucun salon francilien n’a eu l’autorisation de se tenir en version « physique » au 1er trimestre 2021. De ce fait, le média salon a connu une chute d’activité de 100 %. Pour 2021, 100 salons en présentiel ont été à ce jour annulés. Parmi ceux-ci, 55 ont eu (ou vont avoir) lieu en version digitale. L’impact économique de la crise sanitaire est donc déjà considérable pour 2021 : 1,6 milliard € de retombées économiques perdues pour le territoire et 5,7 milliards € de ventes non réalisées entre exposants et visiteurs. Néanmoins, les professionnels s’organisent pour une reprise d’activité pour la rentrée de septembre 2021. Selon une enquête du Leads, les entreprises sont plus que jamais impatientes d’exposer à nouveau sur les salons « physiques ».
 

 

Auteur : Jean-Marie Nays

Partager